LEWIS MATTHEW GREGORY (1775-1818)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au risque de décevoir, on ne peut pas maintenir la légende qui, par une étrange assimilation du personnage central d'une œuvre à son créateur, abolissant ainsi l'écart entre le réel et l'imaginaire, fait de M. G. Lewis, auteur du Moine (The Monk, 1796), Monk Lewis, un homme monstrueux, une figure satanique. Il faut plutôt voir en lui un homme cultivé, qui joue un rôle important dans le monde des lettres. Son amitié avec Byron et Shelley, mais surtout son influence déterminante sur Walter Scott — avec lequel il projette la publication commune de ballades, Tales of Wonder, réalisée après maintes difficultés en 1801 —, son attrait pour le théâtre, Drury Lane et Covent Garden, ont été estompés par les critiques au profit de son goût pour la littérature allemande. On a même voulu voir dans cette attirance l'explication de la création du Moine. Dès sa parution, l'œuvre fait scandale et la censure sévit particulièrement sur ce qui pourrait constituer les deux lignes de force du roman : l'antireligiosité et la sexualité. Soumis à des pressions, Lewis expurge son œuvre et une version édulcorée paraît en 1798. Mais, si ce livre, parcouru par les mythes romantiques du Juif errant, de Satan, présente, dans sa version intégrale, de façon directe et crue des scènes de viols, de meurtres et d'inceste, sa facture même, par la juxtaposition d'intrigues, de récits, de thèmes qui ne sont pas fondus dans une vision univoque et sécurisante, contribue à en faire une œuvre provocante. C'est à la qualité de ses images, à la qualité de sa magie, qu'Antonin Artaud est particulièrement sensible lorsqu'il écrit : « Je ne me souviens dans aucune lecture avoir vu arriver sur moi des images, s'ouvrir en moi des images avec ces sortes de plongées dans tous les dessous intellectuels de l'être, des images qui, dans leur aspect d'images, traînent après elles un véritable courant de vie prometteur, comme dans les rêves, de nouvelles existences et d'actions à l'infini. » On peut donc, comme le fait Artaud dans sa « ré- [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, maître assistant à l'université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  LEWIS MATTHEW GREGORY (1775-1818)  » est également traité dans :

GOTHIQUE LITTÉRATURE & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 6 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un art de la transgression »  : […] La plupart des récits gothiques se démarquent de la narration linéaire en lui substituant un emboîtement de récits qui brise le pouvoir d’une voix narrative unique et omnisciente. Cette fiction est le lieu où les éléments liés à l’imaginaire dominent, où l’étrange, l’insolite, voire le surnaturel sont privilégiés au détriment d’une peinture de la normalité quotidienne. Le récit gothique suscite au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-et-cinema-gothique/#i_5927

Pour citer l’article

Ann Daphné GRIEVE, « LEWIS MATTHEW GREGORY - (1775-1818) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/matthew-gregory-lewis/