ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'auteur

On retiendra plus particulièrement des rares documents que nous possédons sur la vie de Mateo Alemán son existence relativement mouvementée, son caractère tourmenté et instable. Son père, Hernando Alemán, qui obtint en 1557 la charge de médecin chirurgien de la prison royale de Séville, épousa en secondes noces doña Juana de Enero, descendante elle-même d'une famille florentine immigrée à Séville ; il en eut trois enfants, Léonore, Violante, Mateo. Dans une nation obsédée par les interdits sociaux, cette filiation pèse de tout son poids sur l'existence d'un homme qui accumula les échecs et dont l'œuvre majeure exprime le refus d'accepter le cadre de la société espagnole contemporaine.

Après avoir fait ses humanités sous la férule probable de Juan de Mal-Lara, disciple lui-même d'Hernán Núñez, de León de Castro et de Francisco de Escobar, reçu bachelier en arts et philosophie en 1564, Mateo commence à Séville des études de médecine qu'il continue à Salamanque (1565-1566) et à Alcalá de Henares (1566-1567), et qu'il interrompt à la mort de son père (mars 1567). Il fait un mariage forcé en 1571 et occupe jusqu'en 1580 des emplois divers et médiocres. (On le trouve, en 1576, chargé de recouvrer les traites foraines sur la laine à l'octroi de Séville ; en 1578, il rédige les statuts d'une confrérie de la ville.)

Il choisit en 1580 une nouvelle voie et s'inscrit à la faculté de droit de Séville, avant d'être tenté par l'aventure (il sollicite en vain, en 1582, l'autorisation d'émigrer aux Indes). Sa formation juridique lui vaut d'être intégré dans l'administration : commissionné en Estrémadure, en 1583, pour enquêter sur la gestion d'un fonctionnaire décédé, sa conduite imprudente, les abus de pouvoir dont il se rend coupable déchaînent l'hostilité d'un petit groupe d'hommes qui en appellent directement au roi. Cette affaire, qui se termine par l'arrestation d'Alemán, n'interrompt pas sa nouvelle carrière. Il occupe pendant vingt ans un emploi décent à la Chambre des comptes (contador de resultas) et on lui confie plusieurs missions à l'extérieur de la capitale (e [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : docteur d'État, professeur titulaire à l'université Paul-Valéry, Montpellier

Classification

Autres références

«  ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615)  » est également traité dans :

ESPAGNE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean CASSOU, 
  • Corinne CRISTINI, 
  • Jean-Pierre RESSOT
  •  • 13 803 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le roman picaresque »  : […] L'archiprêtre et La Célestine préludent à ce nouveau genre littéraire, d'un schéma rigoureux, dont le modèle est fourni par le Lazarillo de Tormes (premières éditions connues : 1554). L'un des chefs-d'œuvre en est le Guzmán de Alfarache de Mateo Alemán, dont le succès en Espagne et à l'étranger, surtout en Angleterre, fut énorme. Un autre, le Buscón de Quevedo, sans doute le plus outrancier, celu […] Lire la suite

LÓPEZ DE ÚBEDA FRANCISCO (XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Monique JOLY
  •  • 458 mots

Sur le médecin qui exerce dans les milieux courtisans et qui place ostensiblement son livre, La Narquoise Justine ( Libro de entretenimiento de la picara Justina , 1605), sous la protection du tout-puissant favori de Philippe III, Don Rodrigo Calderón, on ne sait rien de plus que ce que son œuvre nous apprend. Celle-ci est un produit hybride. D'une part, elle est l'une des premières à s'afficher […] Lire la suite

PICARESQUE ROMAN

  • Écrit par 
  • Maurice MOLHO
  •  • 2 139 mots

Dans le chapitre « Le modèle picaresque »  : […] Quarante-cinq ans séparent la Vie de Lazarillo de Tormes de la Vie de Guzman d'Alfarache de M.  Alemán, ouvrages de fondation où se définit dans toute sa profondeur le modèle picaresque. Ce modèle consiste à instituer la fiction d'un personnage qui, né dans une abjection insurmontable, s'exerce à mettre en question, à travers le récit de ses expériences, le code moral et social qui lui interdit, e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond CROS, « ALEMÁN MATEO (1547-env. 1615) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mateo-aleman/