RYLE MARTIN (1918-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Construction d'un radiotélescope

Construction d'un radiotélescope
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Very Large Array, État du Nouveau-Mexique (États-Unis)

Le Very Large Array, État du Nouveau-Mexique (États-Unis)
Crédits : Manamana/ Shutterstock

photographie


Astronome de nationalité britannique, Martin Ryle a accompli presque toute sa carrière scientifique au prestigieux Cavendish Laboratory de l’université de Cambridge. Il a reçu en 1974 le prix Nobel de physique, qu'il a partagé avec Anthony Hewish, du même laboratoire.

Construction d'un radiotélescope

Construction d'un radiotélescope

Photographie

La construction d'un radiotélescope obtenu par l'astrophysicien Martin Ryle (1918-1984) pour le laboratoire Cavendish de l'université de Cambridge, en 1963. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Rien ne destinait Martin Ryle à devenir un des plus célèbres astronomesdu xxe siècle. Après de solides études de physique et un début de carrière universitaire classique, il se trouva amené à travailler pendant la Seconde Guerre mondiale au développement du radar, qui venait juste d'être inventé ; ce faisant, il acquit une connaissance approfondie des techniques radioélectriques. À l'issue de la guerre, il mit aussitôt ses talents à profit pour observer le rayonnement radio du ciel. En effet, l'Américain Karl Jansky, lui-même ingénieur radio travaillant aux Bell Telephone Laboratories, avait découvert par hasard en 1931 l'émission radioélectrique de la Voie lactée, et l'ingénieur radar britannique James Stanley Hey celle du Soleil en 1942. Ces découvertes n'avaient pas à l'époque suscité un grand intérêt de la part des astronomes, mais plusieurs ingénieurs radio et radar rêvaient, une fois la guerre terminée, de mettre à profit les immenses progrès accomplis dans les récepteurs radio et les antennes pour étudier l'Univers. C'est grâce à des associations avec des physiciens et non avec des astronomes qu'ils y parvinrent dans plusieurs pays, créant ainsi la radioastronomie. Ryle fut parmi ces pionniers et il commença sa nouvelle carrière à Cambridge en 1946 en utilisant comme antenne un ancien radar allemand. Après avoir apporté des améliorations considérables à la stabilité des récepteurs, il s'attaqua à la technique de l'interférométrie, c'est-à-dire de la réception simultanée des signaux célestes par plusieurs antennes interconnectées. Cette technique permet de pallier le manque de résolution angulaire des radiotélescopes à antenne unique. En effet, la diffraction limite la résolution angulaire d'une antenne ou d'un instrument optique quelconque à un angle de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

James LEQUEUX, « RYLE MARTIN - (1918-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-ryle/