KASCHNITZ MARIE-LUISE (1901-1974)

À l'écart des groupes et des courants littéraires, ce poète allemand, comblé de prix et de distinctions, est également connu pour ses nouvelles : Ombres allongées (Lange Schatten, 1960), Conversations interurbaines (Ferngespräche, 1966) ; ses essais ; son journal : Des jours, des jours, des années (Tage, Tage, Jahre, 1966). M.-L. Kaschnitz occupe dans la littérature de la République fédérale allemande une place tout à fait originale, même si son œuvre ne compte pas parmi les plus fortes.

Après une adolescence passée à Berlin et à Potsdam, cette fille d'officier, née à Karlsruhe, devient libraire à Weimar, Munich et Rome, où elle fait la connaissance de l'archéologue Guido Kaschnitz-Weinberg qu'elle épouse en 1925. Dès lors, comme tant d'autres poètes allemands, elle partage son existence entre l'Allemagne et l'Italie, entre Francfort et Rome. Elle accompagne son mari dans de nombreux voyages autour du bassin méditerranéen (Grèce, Turquie, Afrique du Nord). Elle y fait provision d'impressions, de couleurs, de méditations aussi sur les mythes et les dieux. On en retrouve la trace et les signes dans la plupart de ses recueils.

Comme Theodor Fontane ou Conrad-Ferdinand Meyer, elle fait partie des créateurs tardifs et ne commence vraiment de publier qu'après 1945. Pourtant, en réaction contre l'esprit rationaliste de son milieu familial, elle manifeste un goût précoce pour la poésie. Elle subit notamment l'influence de Trakl et éprouve une grande attirance pour son univers à cause de ses couleurs et de l'omniprésence de la mort. Elle se dit marquée ensuite par Hölderlin et notamment par ses incantations sur la Grèce et les dieux. Enfin, elle reconnaît sa dette envers Pablo Neruda.

Son œuvre lyrique, dense, compte plus de trois cents poèmes parus en huit recueils : 1° Poèmes (Gedichte, 1947) ; 2° Danse macabre et poèmes actuels (Totentanz und Gedichte zur Zeit, 1947) ; 3° Musique utopique (Zukunftsmusik, 1950) ; 4° Ville éternelle (Ewige Stadt, 1952) ; 5° Cycle de Tutzing (Tutzinger Gedichtkreis, 1952) ; 6° Nouveaux Poèmes (N [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître assistant agrégé, docteur de troisième cycle à l'université de Lille-III

Classification


Autres références

«  KASCHNITZ MARIE-LUISE (1901-1974)  » est également traité dans :

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les raisons d'une dissolution »  : […] De ses deux exigences initiales, politique et littéraire, le Groupe 47 n'a réalisé vraiment que la seconde et très largement manqué la première. En effet, il ne parvient pas – mais le pouvait-il ? – à infléchir de manière décisive l'évolution de la société ouest-allemande. Il en prend conscience assez vite. Très tôt, sur ce point, la résignation s'installe dans ses rangs. Il est vrai que le contex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_80334

Pour citer l’article

Pierre GIRAUD, « KASCHNITZ MARIE-LUISE - (1901-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-luise-kaschnitz/