MARIE Ire STUART (1542-1587) reine d'Écosse (1542-1567) et de France (1559-1560)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Reine d'Écosse (1542-1567) et de France (1559-1560), née le 8 décembre 1542 au palais de Linlithgow (Écosse), morte le 8 février 1587 au château de Fotheringhay (Northamptonshire, Angleterre).

Fille unique de Jacques V d'Écosse et de Marie de Guise, Marie Stuart devient reine d'Écosse sous la régence de sa mère six jours après sa naissance. Afin d'échapper à l'emprise d'Henri VIII d'Angleterre, elle est envoyée en France et élevée à la cour d'Henri II et de Catherine de Médicis par les puissants Guise, cousins de sa mère. Marie Ire Stuart épouse le Dauphin François en avril 1558. Lorsque Élisabeth Ire (Tudor) monte sur le trône d'Angleterre en novembre 1558, Marie devient l'héritière présomptive de la Couronne en raison de son ascendance Tudor (elle est l'arrière-petite-fille d'Henri VII). À la mort de son père, en 1559, François II devient roi de France, partageant le trône avec Marie jusqu'à sa mort précoce, en décembre 1560.

De retour en Écosse en août 1561, Marie Stuart découvre que son éducation raffinée ne l'a pas préparée à affronter les nombreux problèmes qui l'attendent. Ses anciennes prétentions à la Couronne d'Angleterre ont provoqué la colère d'Élisabeth, qui refuse de reconnaître ses droits. Le protestantisme est devenu la religion officielle de l'Écosse en l'absence de Marie, catholique, qui apparaît comme une reine étrangère avec une religion différente, à laquelle s'oppose notamment le réformateur John Knox. Elle doit affronter également la rébellion des nobles, qui cherchent à étendre leur fief. Pendant les premières années de son règne, Marie réussit néanmoins à gérer le pays, avec l'aide de son demi-frère illégitime, James Stuart, comte de Murray, en menant une politique de tolérance religieuse.

En juillet 1565, Marie épouse son cousin Henry Stuart, lord Darnley, personnage médiocre issu de la famille Lennox. Ce choix, guidé par les sentiments, se révélera désastreux sur le plan politique, contrariant toutes les parties prenantes à la structure du pouvoir en Écosse. Ain [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARIE I re STUART (1542-1587) reine d'Écosse (1542-1567) et de France (1559-1560)  » est également traité dans :

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 270 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « L'âge des réformes »  : […] En 1569, une révolte aristocratique, en partie déterminée par les partisans de Marie Stuart, revêt le caractère d'une guerre féodale menée par quelques grandes familles du Nord et aisément gagnée par les forces royales. La profondeur du sentiment antiespagnol, le patriotisme qui s'incarne en Élisabeth et culmine en 1588 avec l'affaire de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_13983

ÉLISABETH Ire (1533-1603) reine d'Angleterre (1558-1603)

  • Écrit par 
  • André BOURDE
  •  • 5 899 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'éviction de Marie Stuart »  : […] de son intérêt particulier et des circonstances que de considérations d'ordre général. Après la promulgation des Trente-Neuf Articles, les catholiques anglais s'étaient tournés vers Marie Stuart, rentrée en Écosse après la mort de François II (1560). Mais cette reine est, elle aussi, aux prises avec de graves problèmes. John Knox vient de faire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-ire/#i_13983

BOTHWELL JAMES HEPBURN comte de (1535 env.-1578)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 489 mots

Troisième époux de Marie Stuart, reine d'Écosse, né vers 1535, mort le 4 avril 1578 à Dragsholm, Sjaelland (Danemark […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-hepburn-bothwell/#i_13983

ÉCOSSE

  • Écrit par 
  • Edwige CAMP-PIETRAIN, 
  • Roland MARX
  •  • 6 826 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Réforme et conflits politiques »  : […] au prix de conflits intérieurs limités et, en particulier, de l'exil en Angleterre de Marie Stuart, contrainte à l'abdication en 1567, réfugiée captive auprès d'Élisabeth d'Angleterre entre 1568 et 1587, date de son exécution. Elle a été la touchante victime de ses mauvaises mœurs personnelles, de sa totale incompréhension du grand mouvement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosse/#i_13983

DARNLEY HENRY STUART lord (1541-1567)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 239 mots

Petit-neveu d'Henri VIII d'Angleterre, Henry Darnley a su inspirer, en 1565, un violent amour à Marie Stuart, reine d'Écosse. Celle-ci décide de l'épouser malgré les réserves des presbytériens écossais à l'égard d'un catholique. Darnley est fait duc d'Albany, puis proclamé roi d'Écosse. Ambitieux mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-darnley/#i_13983

BUCHANAN GEORGE (1506-1582)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 522 mots

Humaniste écossais reconnu comme un des plus grands poètes latins modernes, George Buchanan appartenait à une famille pauvre de Killearn, dans le comté de Stirling. Après avoir fait quelques études à Paris, il s'engagea dans les troupes auxiliaires recrutées en France par le duc d'Albany, fils naturel de Jacques V d'Écosse. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-buchanan/#i_13983

MURRAY JAMES STUART 1er comte de (1531 env.-1570)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 295 mots

Demi-frère de Marie Stuart et fils naturel de Jacques V d'Écosse, il a représenté, en face de la souveraine catholique, le parti protestant et a été, à ce titre, le chef de file des grands seigneurs du royaume. Ambitieux, il est un moment satisfait par sa participation au gouvernement, mais il se brouille rapidement avec la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/james-murray/#i_13983

CECIL WILLIAM, baron BURGHLEY (1520-1598)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 452 mots

Élevé à la pairie en 1571, Cecil réussit une extraordinaire carrière politique : protégé de Somerset au début du règne d'Édouard VI, il survécut à la disgrâce de son maître, parvint à demeurer en grâce sous Marie Tudor, qui l'obligea à se convertir au catholicisme. Dès l'accession au trône d'Élisabeth (1558), il devint son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-cecil/#i_13983

Pour citer l’article

Antonia FRASER, « MARIE Ire STUART (1542-1587) - reine d'Écosse (1542-1567) et de France (1559-1560) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-ire-stuart/