WHITING MARGARET (1924-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vedette extrêmement populaire dans les années 1940 et 1950, la chanteuse américaine Margaret Whiting doit sa célébrité à ses interprétations alliant expressivité, justesse du phrasé et musicalité ; plusieurs dizaines de ses titres ont été classés au sommet des hit-parades des États-Unis.

Enfant de la balle née le 22 juillet 1924, à Detroit (Michigan), Margaret Whiting est la fille de l'auteur-compositeur Richard A. Whiting. Manifestant des dons précoces, elle ne tarde pas à faire ses premiers pas dans le métier. Elle connaît son premier grand succès en 1942, avec That Old Black Magic (accompagnée par l'orchestre de Freddie Slack), sur une musique de Harold Arlen et un texte de son mentor Johnny Mercer, cofondateur de Capitol Records, firme qui la prend immédiatement sous contrat. Elle collectionne de nombreux tubes, à l'instar de Moonlight in Vermont (avec Billy Butterfield, 1943), It Might as Well Be Spring et Come Rain or Come Shine (tous deux avec Paul Weston, 1945). Si elle brille en solo, elle se montre également fort talentueuse en duo, comme en témoignent ses collaborations avec la vedette de country Jimmy Wakely dans Slippin' Around ou avec Johnny Mercer dans Baby, It's Cold Outside (tous deux parus en 1949). Menant aussi de front une carrière d'actrice – moins réussie –, Margaret Whiting, apparaît notamment à la télévision dans la sitcom Those Whiting Girls avec sa sœur Barbara Whiting (1955 à 1957). Elle se produit dans les cabarets et les night-clubs jusque dans les années 1990. Elle meurt le 10 janvier 2011, à Englewood (New Jersey).

—  Patricia BAUER

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Patricia BAUER, « WHITING MARGARET - (1924-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/margaret-whiting/