GOLFE DU MEXIQUE MARÉE NOIRE DANS LE (2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 20 avril 2010, à 80 kilomètres au large de la Louisiane (États-Unis), la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, appartenant à TransOcean Ltd et exploitée par la compagnie B.P., explose puis prend feu. Elle sombre deux jours plus tard, entraînant la rupture de la conduite en sortie de puits. Le drame humain des premières heures (11 disparus) prend très vite l'allure d'une catastrophe régionale. Un flot continu de brut s'échappe à 1 500 mètres de profondeur, le bloc obturateur qui devait fermer automatiquement la tête de puits n'ayant pas fonctionné. C'est la première fois qu'une éruption (blow-out) survient à une telle profondeur. B.P. annonce un débit de fuite journalier de 160 tonnes, chiffre qui suscite un vif débat et qui sera à plusieurs reprises revu à la hausse et estimé en une fourchette de 6 000 à 8 000 tonnes à la fin du mois de juin par un comité d'experts indépendants.

À la fin d'avril, l'état d'urgence est décrété en Louisiane, dans le Mississippi, en Alabama et en Floride. Le gouvernement fédéral déclare le déversement catastrophe nationale. Washington décide de rassembler et de contrôler toutes les ressources disponibles en un seul dispositif d'envergure reposant sur une structure de commandement hiérarchisée (National Incident Command), coordonnée par l'Unified Command que dirige l'US Coast Guard. Déclarée « responsable » de la pollution par le gouvernement américain, B.P. accepte la responsabilité du déversement et s'engage à rembourser les frais connexes mais annonce, à la mi-septembre, son refus d'endosser celle relative à l'accident de la plate-forme.

L'objectif de la lutte est triple : maîtriser la source, protéger les côtes et connaître le devenir du pétrole. L'ampleur des moyens déployés est sans précédent.

Très tôt, diverses stratégies pour stopper la fuite sont mises en œuvre. Des robots sous-marins sont d'abord utilisés pour tenter, sans succès, de fermer le bloc obturateur puis pour colmater une fuite secondaire par la pose d'une valve. B.P. procède à des tentatives de captage des remontées d' [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en géographie marine, responsable du service Suivi des pollutions au Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), Brest
  • : Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux

Classification


Autres références

«  GOLFE DU MEXIQUE MARÉE NOIRE DANS LE (2010)  » est également traité dans :

MARÉE NOIRE DANS LE GOLFE DU MEXIQUE, en bref

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 210 mots

Le 20 avril 2010, la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, exploitée par la société B. P., explose puis prend feu. La plate-forme est située à environ 8 kilomètres au large des côtes de la Louisiane, dans le golfe du Mexique. Elle sombre deux jours plus tard. Le pétrole s'écoule alors librement en mer, à partir de la tête du puits, à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maree-noire-dans-le-golfe-du-mexique-en-bref/#i_53581

Pour citer l’article

Loïc KERAMBRUN,  CEDRE, « GOLFE DU MEXIQUE MARÉE NOIRE DANS LE (2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maree-noire-dans-le-golfe-du-mexique/