PANTANI MARCO (1970-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 14 février 2004, le corps sans vie du coureur cycliste italien Marco Pantani est découvert dans une chambre d'une résidence hôtelière de Rimini, sur la côte adriatique. L'autopsie révélera que son décès est dû à une overdose de cocaïne. « Il Pirata » est mort à trente-quatre ans, victime de ses propres abus et d'un système sportif et médiatique capable de porter aux nues un champion avant de le mettre plus bas que terre.

Né le 13 janvier 1970 à Cesenatico, en Romagne, Marco Pantani fait ses débuts dans le peloton professionnel en 1993. Brillant grimpeur, il se classe deuxième du Giro et troisième du Tour de France en 1994. Victime d'une grave chute lors de Milan-Turin en octobre 1995, sa carrière semble brisée. Il connaît, un an durant, les hôpitaux et les centres de rééducation. À force de courage, il parvient à reprendre le sport cycliste et se classe troisième du Tour de France en 1997. L'année 1998 lui donne une envergure nouvelle. Il remporte le Giro en dominant ses adversaires dans la montagne, mais surtout – fait nouveau – en prenant le meilleur sur son dauphin, le Russe Pavel Tonkov, à l'occasion de la dernière étape, disputée contre la montre. Durant un Tour de France gangrené par les affaires de dopage, il se sublime : déjà vainqueur au Plateau de Beille, il attaque Jan Ullrich dans le Galibier, lors de la quinzième étape, et devance l'Allemand de près de 9 minutes à l'arrivée aux Deux-Alpes. Son audace et son panache lui permettent de remporter la Grande Boucle. Jean-Marie Leblanc, directeur de la Société du Tour de France, le remercie d'avoir « sauvé le Tour ».

En 1999, Marco Pantani domine le Giro, réduisant ses concurrents au rôle de faire-valoir. Mais, à Madonna di Campiglio, le 5 juin, à deux jours de l'arrivée, il est exclu de l'épreuve. Lors d'un contrôle, il a présenté un taux hématocrite de 52 p. 100 – alors que la limite admise par l'Union cycliste internationale (U.C.I.) est de 50 p. 100 –, ce qui indique la prise d'EPO. En 2000, Marco Pantani reprend néanmoins la compétition après une interruption de onze mois. Il aide son lieutenant, Stefano Garzelli, à remporter le Giro, puis s'adjuge deux étapes lors du Tour de France, au sommet du Ventoux et à Courchevel. Le « Pirate » vient de connaître son ultime embellie, même si on le reverra une dernière fois en course, lors du Giro 2003, où il se classera à une honorable quatorzième place.

Marco Pantani a été mis en examen le 11 novembre 1999 pour fraude sportive, un délit passible de prison en Italie. Le procureur réclamera six mois de prison et 500 euros d'amende. Il ne sera pas suivi dans son réquisitoire par le tribunal de Tione : Marco Pantani est définitivement acquitté le 2 octobre 2003. Mais il est trop tard. Sa vie s'était en fait arrêtée le 5 juin 1999 à Madonna di Campiglio.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Autres références

«  PANTANI MARCO (1970-2004)  » est également traité dans :

SPORT (Disciplines) - Le cyclisme

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 10 189 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le temps des turbulences »  : […] La victoire du Danois Bjarne Riis en 1996 semblait donner un nouveau souffle au Tour, qui sortait de cinq années de domination par Miguel Indurain. Mais n'a-t-on pas oublié qu'il n'était jusque-là qu'un valeureux équipier ? De fait, en 2007, il reconnaîtra s'être dopé à l’EPO. En 1997, le succès de Jan Ullrich a déchaîné les passions en Allemagne. La résistance du grimpeur français Richard Virenqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « PANTANI MARCO - (1970-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marco-pantani/