SAVONNERIE MANUFACTURE DE LA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début du xviie siècle, Pierre Dupont (lequel prétendait avoir inventé la technique des tapis veloutés de haute laine — alors qu'elle existait bien avant lui), obtint d'Henri IV le privilège d'établir un atelier de tapis « façon du Levant et façon de Turquie » sous la Grande Galerie du Louvre. Il s'associa en 1626 avec un de ses anciens élèves, Simon Lourdet, qui s'était installé dans une ancienne manufacture de savon située près de la colline de Chaillot (à l'emplacement de l'actuel musée d'Art moderne). Des privilèges leur furent accordés dès 1627 pour dix-huit années. Peu d'ouvrages subsistent des débuts de la Savonnerie ; les tapis sont généralement décorés de fleurs stylisées se détachant sur des fonds sombres.

En 1663, Colbert place la manufacture sous l'autorité royale, et Le Brun est chargé de sa direction. C'est à ce moment que sortent des métiers de prodigieux ensembles comme les treize tapis de la galerie d'Apollon au Louvre (un en place) et surtout les quatre-vingt-treize tapis de la Grande Galerie du même palais pour le tissage desquels vingt années furent nécessaires à partir de 1668. De nombreux exemples subsistent, dont plusieurs qui sont conservés à Versailles et au Louvre. De grandes dimensions (environ 9 m sur 4 m ou 4,50 m), les tapis sont toujours rectangulaires et reproduisent parfois les voussures d'un plafond avec un motif central composé de grands rinceaux et de feuilles d'acanthe et, aux extrémités, des paysages ou des bas-reliefs dans des médaillons. Les angles sont occupés par des cornes d'abondance, des palmes ou des trophées. On retrouve partout le chiffre et les emblèmes du roi. Cette série magnifique, qui est la grande œuvre du siècle, témoigne d'une extraordinaire richesse d'invention.

La manufacture fournissait exclusivement le roi pour ses dons aux souverains étrangers et pour l'ameublement de ses châteaux ; cela explique l'ouverture de fabriques de tapis, notamment à Aubusson, qui recevaient les commandes des particuliers et qui imitaient les ouvrages de la Savonnerie dont les cartons étaien [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SAVONNERIE MANUFACTURE DE LA  » est également traité dans :

COLBERTISME

  • Écrit par 
  • Jean IMBERT
  •  • 4 803 mots

Dans le chapitre « La protection des manufactures »  : […] Dans ce domaine encore, Colbert n'innove pas : il pense rétablir et multiplier les manufactures qu'il croit avoir été florissantes sous le règne d'Henri IV. Son succès vient de son énergie et de sa persévérance : il commence par entreprendre dans toute la France une enquête qui le renseigne sur les ressources économiques des diverses provinces, sur la main-d'œuvre dont elles disposent et enfin sur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colbertisme/#i_3496

TAPIS

  • Écrit par 
  • Dora HEINZ
  •  • 3 061 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Europe »  : […] C'est en Espagne, où son histoire peut être retracée depuis le xiii e  siècle, que la production de tapis a les plus étroites affinités avec les productions orientales. Outre des tapis à motifs de petit format portant des écussons ou des symboles chrétiens, un grand nombre d'ouvrages du xv e  sièc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapis/#i_3496

Pour citer l’article

Bernard CHEVALLIER, « SAVONNERIE MANUFACTURE DE LA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/manufacture-de-la-savonnerie/