MAHZOR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mot hébreu qui signifie « cercle » et qui désigne les livres liturgiques contenant les prières et les pièces liturgiques des fêtes fixes et mobiles de l'année. Il se distingue du Siddur, qui contient exclusivement les prières quotidiennes.

Peu après l'établissement des livres liturgiques fixes, l'usage a été adopté de pourvoir les synagogues d'un Mahzor, manuscrit luxueusement enluminé destiné à l'usage public. Cet usage, apparu d'abord dans les communautés askhenazes (en Allemagne du Sud, dans les régions rhénanes et dans la France du nord de la Loire) s'étendit ensuite à l'Italie du Nord. Les livres liturgiques ashkénazes sont souvent de très grand format et la riche présentation de leurs poésies liturgiques offre de larges possibilités pour la décoration des titres et des premiers mots, et pour l'insertion de sujets variés dans les marges. L'une des caractéristiques des enluminures entre la fin du xiiie siècle et le début du xive consiste dans la représentation des êtres humains avec des têtes d'oiseaux ou d'animaux, dans le souci d'éviter des représentations naturelles de l'homme.

La plupart des manuscrits d'Allemagne portent des illustrations des signes du zodiaque accompagnant une poésie liturgique pascale. Parmi les autres thèmes les plus fréquents figurent Moïse recevant les tables de la Loi (fêtes des Semaines), le sacrifice d'Isaac (Nouvel An) et les portes de la Miséricorde (jour de l'Expiation). Les mahzorim italiens, qui sont du xve siècle pour la plupart, sont en général des livres liturgiques à usage personnel et de plus petites dimensions ; leur décoration se restreint aux ornements et à quelques illustrations accompagnant le rituel de la Pâque, la Ḥaggada. Dans quelques manuscrits luxueux, des textes annexes de catégories variées sont illustrés d'un nombre souvent considérable d'enluminures à sujets scientifiques aussi bien que religieux. Parmi les plus beaux manuscrits ashkénazes, il faut mentionner le Mahzor de Worms (1272), le Mahzor de Leipzig (env. 1300) ; parmi les manuscrits italiens, le plus riche en illustrations est le Mahzor Rothschild (Ferrare, 1470 env., musée d'Israël, Jérusalem).

—  Gabrielle SED-RAJNA

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MAHZOR  » est également traité dans :

JUDAÏSME - L'art juif

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 6 855 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge : les manuscrits à peinture »  : […] Le livre manuscrit avait un rôle fondamental dans la survie et l'épanouissement de la tradition juive . Assurant la sauvegarde de la langue sacrée, véhicule unique de tout l'héritage religieux, scientifique et littéraire, le livre fabriqué à la main, libre des contraintes sociales qui souvent entravèrent le développement des arts majeurs, devint aussi le support privilégié des aspirations esthétiq […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabrielle SED-RAJNA, « MAHZOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mahzor/