MA ZHIYUAN [MA TCHE-YUAN] (1226?-? 1285)

Dramaturge et poète, Ma Zhiyuan occupe une fonction subalterne après la conquête du sud de la Chine par les Mongols et connaît une fin d'existence paisible loin de la ville. Un zaju composé avec trois autres dramaturges ou acteurs, Le Rêve du millet jaune (Huangliangmeng), et deux autres de ses pièces ont pour thème la conversion d'un être par un immortel taoïste qui lui fait prendre conscience de l'inutilité des passions, des plaisirs, des richesses et des honneurs du monde. Lettré confucéen, boucher qui voit ses clients convertis au végétarisme par un mystérieux adepte, esprit d'un saule transformé en marchand, tous finissent par accéder à l'immortalité. Le thème du renoncement apparaît dans la poésie (sanqu) de Ma et dans un autre zaju : un taoïste refuse tout ce que lui offre un empereur des Song à qui il avait prédit qu'il régnerait, préférant « dormir à son aise ». À la fin d'une autre pièce, un lettré, ami d'un réformateur des Song, obtient un poste, mais après avoir fait un portrait si sombre de sa condition, au prix de tant de difficultés que l'on a parlé du « fatalisme » de Ma. « Pessimiste », « nihiliste » sont des termes souvent accolés à son nom. Son théâtre n'en est pas pour autant triste ou vide de sens : l'humour n'en est pas absent et les scènes comiques, truculentes parfois, y abondent. Il touche à des problèmes réels à travers la légende ou l'histoire transformées pour les besoins du spectacle : les sectes taoïstes, les mœurs des courtisanes, des poètes-fonctionnaires, des marchands dans Les Larmes sur la tunique bleue (Qingshanlei). Fut-il un patriote ? On l'a dit à propos de son œuvre la plus célèbre pour le raffinement des images poétiques, la plus traduite, L'Automne au palais des Han (Hangongqiu). De toute manière, il reste un des plus célèbres dramaturges chinois.

—  François VEAUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MA ZHIYUAN [ MA TCHE-YUAN ] (1226?-? 1285)  » est également traité dans :

QU [K'IU]

  • Écrit par 
  • Odile KALTENMARK
  •  • 1 225 mots

Dans le chapitre « Les qu des Yuan ou sanqu »  : […] Ma Zhiuyan, et Zhang Kejiu sont les grands noms du sanqu. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qu-k-iu/#i_18567

Pour citer l’article

François VEAUX, « MA ZHIYUAN [MA TCHE-YUAN] (1226?-? 1285) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ma-zhiyuan-ma-tche-yuan/