FORTON LOUIS (1879-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1908, dans L'Épatant, il y eut une révolution. Trois personnages iconoclastes — les Pieds Nickelés — firent une apparition remarquée. Il s'agissait de trois clochards toujours prêts à faire un mauvais coup, mais sans aller pour autant jusqu'au vrai crime. Leurs actes se bornaient à la petite délinquance du débrouillard, aux ruses de l'escroc. Poivrots, joyeux, Croquignol, Ribouldingue et Filochard avaient tout le monde de l'autorité contre eux : policiers, militaires, bourgeois, nantis... Le rire et la contestation virulente de l'ordre social, ici inextricablement mêlés, donnèrent naissance à des figures assez suggestives pour que Georges Bataille leur consacre un article dans la revue Documents, ou que Jean-Luc Godard fasse plus tard des Pieds Nickelés un des livres de chevet de son Pierrot le Fou.

Croquignol, Ribouldingue et Filochard étaient les premiers anarchistes de la bande dessinée et aussi les acteurs de la première vraie bande dessinée adulte européenne. Selon les critères de l'époque, on contraignait les auteurs à placer du texte sous les images. Forton, intelligemment, introduisit des ballons. On vit ainsi un texte répéter non seulement le contenu de l'image, mais aussi celui des bulles.

Si Louis Forton a beaucoup dessiné et fut un bon illustrateur, il eut après sa mort des successeurs peu intéressants. Seul René Pellos (1900-1998), remarquable dessinateur, permit à nos héros de survivre, mais les scénaristes n'en transformèrent pas moins les Pieds Nickelés en blagueurs et farceurs dont les aventures étaient désormais dénuées de toute implication politique et sociale. Cet affadissement avait commencé d'ailleurs avec Forton lui-même, contraint pendant la guerre de 1914-1918 de métamorphoser ses Pieds Nickelés en foudres de guerre prêts à aller « casser du Boche » un peu partout, eux, les anti-militaristes ! Il ne faisait en cela que suivre le triste exemple de nombreux pacifistes, anarchistes et révolutionnaires de l'époque. Dans le cas contraire, la série n'aurait pu paraître.

Forton créa parallèlement, en 1929, Bibi Fricotin, série injustement oubliée aujourd'hui, mais dont certains épisodes utilisaient le ressort colonialiste, ce qui les fit vieillir rapidement.

Le dessin de Forton, limité par la petitesse des cases, ne brillait guère et était parfois bâclé. Il n'en reste pas moins que Forton est le créateur d'un mythe dont le cinéma lui-même s'est vite emparé, et surtout qu'il est l'auteur de la première bande dessinée non sexiste et non raciste de l'histoire (que l'on songe aux épisodes avec Manounou, la femme noire de Ribouldingue). Davantage que Saint-Ogan, qui introduisit la tradition américaine en France, c'est Forton qui peut être considéré comme le véritable créateur de la bande dessinée européenne moderne.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FORTON LOUIS (1879-1934)  » est également traité dans :

BANDE DESSINÉE

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 17 303 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La France de 1903 à 1914 »  : […] Francis Lacassin, « Bécassine c'est un peu À la recherche du temps perdu raconté par Françoise »). À l'opposé, dans L'Épatant, édité par les frères Offenstadt, Louis Forton (1879-1934) donne aux titis parisiens leurs premiers héros, Les Pieds-Nickelés (1908), scrupuleusement malhonnêtes et vulgaires, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bande-dessinee/#i_92832

PELLOS RENÉ (1900-1998)

  • Écrit par 
  • Dominique PETITFAUX
  •  • 687 mots

il dessine une centaine d'épisodes, sur des scénarios écrits généralement par Roland de Montaubert (pseudonyme de Pierre Colin). La série, créée en 1908 dans L'Épatant par Louis Forton, a pour protagonistes trois escrocs en tout genre, Ribouldingue, Croquignol et Filochard. René Pellos modifie leur apparence (chez Forton ils étaient tous trois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-pellos/#i_92832

Pour citer l’article

Yves FRÉMION, « FORTON LOUIS - (1879-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-forton/