Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FAURER LOUIS (1916-2001)

Le photographe américain Louis Faurer (altération administrative du patronyme Fourer) est né le 28 août 1916 à Philadelphie, aux États-Unis. Immigrés de Pologne depuis 1911, les Fourer ont connu une intégration difficile. Ses études secondaires achevées, Louis Faurer suit des cours de calligraphie commerciale, avant de travailler pour des devantures de drugstores, pour des affiches de cinéma. Le jeune homme se tourne vers la photographie comme loisir grâce à l'appareil Eastman Kodak Vollenda qu'il achète au photographe publicitaire Ben Somoroff.

Tout en continuant de gagner sa vie avec la calligraphie, Louis Faurer acquiert en autodidacte une maîtrise de la photographie et remporte, en 1937, le premier prix du concours Photo de la semaine du Philadelphia Evening Public Ledger. Il travaille alors comme laborantin et opérateur pour les studios Zamsky & Sarony installés à Philadelphie. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Faurer est affecté au service photo du corps des transmissions de l'armée américaine.

Mais c'est la ville de New York, où l'attire en 1945 une proposition de la société Underwood Studios pour un emploi de portraitiste, qui deviendra sa source d'inspiration. L'architecture, le gigantisme mais aussi les aspects plus humbles de Manhattan développent son goût déjà ancien pour la photographie des « choses vues ». À l'automne de 1947, après avoir présenté le portfolio de ses photos de rues à la directrice artistique de Junior Bazaar, Lillian Bassman, il est embauché comme photographe de mode par le magazine. Travail de courte durée qui permet cependant à Faurer de rencontrer Alexey Brodovitch, alors directeur artistique du Harper's Bazaar, qui lui passe ses premières commandes. Mais la photographie de mode, pratiquée comme un travail alimentaire, ne détourne pas Faurer de sa passion pour New York.

Comme Robert Frank qu'il rencontre dans le bureau de Brodovitch et avec lequel il noue une amitié durable, Louis Faurer se consacre d'abord à la photographie de rue, réalisée en lumière ambiante. Et comme beaucoup de ses contemporains, Faurer exalte la photogénie de la ville, en accordant une importance égale au paysage urbain et aux gens qui l'animent. Qu'il photographie un couple de bourgeois devant le Waldorf Astoria, deux jumelles myopes sur la Cinquième Avenue ou un homme seul perdu dans Times Square, Faurer parvient toujours à exprimer la vérité de ses modèles éphémères, figurants involontaires de ses promenades. La proposition que lui fait, en 1950, le nouveau magazine Flair d'associer la commande de photos de mode et la publication de son travail personnel permet à Faurer de s'affirmer comme auteur. La galerie Limelight lui consacre en 1959 une première exposition personnelle, Louis Faurer, Photographs.

Après un court séjour à Hollywood où il occupe en 1960 un poste de photographe de plateau, Faurer filme New York à l'aide d'une caméra 16 mm. Les changements subis par Manhattan finissent par atténuer la passion du photographe pour sa ville d'élection. En 1969, Louis Faurer part vivre à Londres, puis à Paris et enfin à Montréal. Rentré à New York en 1974, il devient professeur à la Parson's School of Design. Il partage alors son temps entre le classement de ses négatifs, l'enseignement, les conférences qu'il donne, de 1983 à 1990, aux universités de Charlottesville, de Yale, à la School of Visual Arts et à la Cooper Union de New York. Il cesse définitivement de photographier en 1984, à la suite d'un accident de la circulation.

La reconnaissance tardive de son travail d'auteur lui vaut, à partir de 1977, d'être régulièrement exposé par les galeries de New York. À Paris, l'espace Colbert de la Bibliothèque nationale monte une première rétrospective en 1990, suivie de l'hommage rendu en 1992 par le Centre national de la photographie[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Voir aussi