REBREANU LIVIU (1885-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1920 paraît Ion, roman de Rebreanu, en deux volumes massifs. La critique est enthousiaste. L'Académie roumaine décerne à l'auteur, jusque-là peu connu, son prix Nǎsturel. En vingt ans, il publie deux autres chefs-d'œuvre et beaucoup de récits mineurs. Avec Rebreanu, le roman roumain est né et une voie s'est ouverte dans laquelle s'engageront bon nombre d'écrivains de talent, dont aucun cependant n'a réussi jusqu'à ce jour à éclipser ce Zola, sinon ce Tolstoï, de la Roumanie moderne.

Les années obscures

Liviu Rebreanu est né à Tîrlişina, petit village des environs de Cluj, au cœur de la Transylvanie, alors sous la domination hongroise. Treize enfants lui succéderont au foyer de l'instituteur Vasile Rebreanu, qui occupe ses loisirs à rédiger des narrations paysannes et morales. Sa mère rêve de le voir devenir prêtre ; son père, instituteur ; lui, aimerait être médecin. Cependant, comme les études coûtent cher, il entre en qualité de boursier à l'académie militaire de Budapest. Il en sort sous-lieutenant d'infanterie, mais démissionne en 1908. Il a dans sa cantine un recueil de nouvelles, dont l'une est publiée par la revue Luceǎfarul de Sibiu, ainsi que bon nombre de traductions. À vingt-quatre ans, il arrive dans la capitale, décidé à vivre de sa plume. Mais il est contraint d'accepter de médiocres tâches ; il collabore à diverses revues, devient secrétaire littéraire d'un théâtre de province, puis secrétaire de la Société des écrivains roumains. Sous l'occupation allemande, à cause de ses origines transylvaines, on le tient pour suspect dans les milieux favorables aux Alliés, et les partisans des Empires centraux le considèrent comme un déserteur. Les Allemands l'emprisonnent. Il s'échappe, se rend à Jassy, où il est pris pour un Autrichien et un espion. Il apprend que son frère, qui se battait dans les armées austro-hongroises, a été pendu comme déserteur.

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'Institut national des langues et civilisations orientales et à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  REBREANU LIVIU (1885-1944)  » est également traité dans :

ROUMANIE

  • Écrit par 
  • Mihai BERZA, 
  • Catherine DURANDIN, 
  • Alain GUILLERMOU, 
  • Gustav INEICHEN, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Philippe LOUBIÈRE, 
  • Robert PHILIPPOT, 
  • Valentin VIVIER
  •  • 34 943 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le « spécifique roumain » »  : […] Des poètes, néanmoins, se dégagent de cette ambiance nationaliste pastorale et agrarienne. Ils veulent rejoindre la littérature universelle, particulièrement les grands courants qui agitent à l'époque l'Occident latin, tels le Parnasse et le symbolisme. Un savant historien de la langue roumaine qui se double d'un poète, Ovid Densuşianu, et un ferve […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roumanie/#i_22225

Pour citer l’article

Alain GUILLERMOU, « REBREANU LIVIU - (1885-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/liviu-rebreanu/