KELLIA LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est en mars 1964 que le site des Kellia a été formellement localisé sur le terrain par M. A. Guillaumont dans le désert Libyque, à environ 60 kilomètres au sud-est d'Alexandrie. Ce groupement de cellules — en grec kellia ; en arabe el-Mouna, du grec monh = moine — avait été fondé par les moines de Nitrie, monastère situé près de l'actuel village de Barnougi, pour servir d'annexe. Les Apophthegmata Patrum attribuent la fondation, qui pourrait avoir eu lieu vers 335, à Abba Amoun. Des auteurs anciens relatent que, pour se rendre de Nitrie à Scété, séparés d'une soixantaine de kilomètres, les moines devaient passer aux Kellia.

Ce sont précisément ces témoignages de textes qui ont permis de reconnaître les Kellia dans une multitude de kôms (anciens bâtiments recouverts par le sable) dont la hauteur varie entre 20 centimètres et 5 mètres. Le site est actuellement divisé d'ouest en est en quatre qouçoûr (localités) qui s'étendent sur une longueur de plus de 20 kilomètres et une largeur de 8 kilomètres : les qouçoûr er-Roubâ'îyât, les qouçoûr el-'Izeila, les qouçoûr el-Abîd et les qouçoûr 'Îsâ au sud-est des précédents. Malheureusement, l'extension des zones cultivées de la partie occidentale du Delta a amené la destruction définitive d'environ la moitié des kôms, dont le nombre s'élevait à l'origine à plus de mille six cents. Les fouilles de sauvegarde, entreprises par des équipes française et suisse depuis 1965, ont mis au jour des vestiges architecturaux souvent très tassés. D'après l'histoire de la fondation, on sait que le surpeuplement de Nitrie avait amené certains moines à rechercher une plus grande solitude en s'enfonçant dans le désert vers le sud, en des endroits où la présence d'une nappe phréatique permettait le creusement de puits. Cette eau servait non seulement à la consommation humaine, mais encore à la fabrication de briques crues. Les premiers occupants habitaient des cellules si éloignées les unes des autres qu'ils ne pouvaient ni s'entendre ni se voir. Il est certain que l'agglomération actuelle de certains bâtiments est le résultat d'une lente accu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Marie-Hélène RUTSCHOWSCAYA, « KELLIA LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-kellia/