LES CONTEMPLATIONS (V. Hugo)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'opposant politique au mage romantique

Les Contemplations reflètent aussi les préoccupations politiques de Hugo homme d'action. Pair de France depuis 1843, maire du VIIIe arrondissement de Paris, député à la Constituante en 1848, il soutient Louis-Napoléon Bonaparte avant de devenir son plus farouche opposant, et de s'exiler en Belgique puis en Angleterre jusqu'à la chute du second Empire en 1870. En témoigne le magistral poème « Écrit en 1846 » (livre V, 3) dans lequel Hugo explique son évolution. L'action politique se prolonge à travers la question sociale : à l'époque où il achève « Melancholia » (livre III, 2), Hugo écrit Les Misérables, et le poème devient dénonciation de l'intolérable travail des enfants : « Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;/ Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement/ Dans la même prison le même mouvement » (« Écrit sur un exemplaire de la Divina Commedia »).

Sa vie intime fournit également, avec la mort tragique de Léopoldine, l'inspiration de nombreux poèmes, évocations de scènes familières : « Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin/ De venir dans ma chambre un peu chaque matin » (« Pauca meae », V)

La méditation philosophique sur la mort, enfin, tient une place centrale dans le recueil, récit du deuil. Si Hugo reprend, dans « Mors » (livre IV, 16), l'image classique de la faucheuse, il la transforme par la pensée consolante d'une âme recueillie par un ange souriant. Les Contemplations exaltent également la tâche surhumaine, mais revendiquée, du poète parmi les hommes. Déçu dans ses ambitions politiques, Hugo se veut le porte-parole de l'humanité entière ; exilé, il se confie à Dieu ; désespéré, il peint la souffrance et laisse espérer une contemplation future.

Le poète devient le « mage », celui « qui marche devant tous, éclairant ceux qui doutent », celui qui en écoutant « ce que dit la bouche d'ombre » accède à une réalité interdite aux hommes : « Sache que tout connaît sa loi, son but, sa route ;/ Que, de l'astre au ciron, l'immensité s'écoute ;/ Que tout a cons [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur au lycée Jean-Monnet, Franconville

Classification

Pour citer l’article

Jean-François PÉPIN, « LES CONTEMPLATIONS (V. Hugo) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-contemplations/