FLEISHER LEON (1928-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pianiste et chef d’orchestre américain Leon Fleisher naît le 23 juillet 1928 à San Francisco. Enfant prodige, il étudie auprès du légendaire pianiste et pédagogue autrichien Artur Schnabel de 1938 à 1948. Il effectue ses débuts professionnels dès 1942, avec le Deuxième Concerto pour piano, en la majeur de Liszt aux côtés de l’orchestre symphonique de San Francisco, sous la direction de Pierre Monteux. L’année suivante, il joue le Premier Concerto, en mineur de Brahms avec l’Orchestre philharmonique de New York, dirigé par le même chef d’orchestre. Il est reconnu parmi les meilleurs pianistes de son temps lorsqu’il remporte en 1952 le concours Reine Élisabeth de Belgique. Il devient alors un pianiste très prisé par les chefs d’orchestre, les organisateurs de concert et les maisons de disque. À la fin des années 1950, il donne avec l’orchestre de Cleveland, sous la direction de George Szell, une série de concerts remarquables : les disques gravés à cette occasion permettent encore d’apprécier son interprétation des concertos de Mozart, Beethoven, Brahms et Grieg notamment. En 1963, il crée le Deuxième Concerto pour piano de Leon Kirchner, sous la direction du compositeur, aux côtés de l’orchestre symphonique de Seattle.

Au début de l’année 1965, Leon Fleisher commence à souffrir de dystonie focale dans la main droite, syndrome dû à un stress répété qui n’est pas rare chez les musiciens. Il concentre alors son énergie sur l’enseignement et la direction d’orchestre. Enseignant au Peabody Conservatory of Music de Baltimore (Maryland) depuis 1959, il transmet également son savoir au Curtis Institute of Music de Philadelphie, ainsi qu’à la Glenn Gould School du Royal Conservatory of Music de Toronto. Il fonde en 1968 l’ensemble des Theatre Chamber Players au John F. Kennedy Center for the Performing Arts de Washington. Il occupe par ailleurs le poste de directeur artistique du Tanglewood Music Center de Lenox (Massachusetts) de 1986 à 1997.

Durant ces années de lutte contre la maladie, Leon Fleisher joue dans un premier temps des pièces pour la main gauche. Un certain nombre de compositeurs, tels que Ravel, Prokofiev, Britten et Hindemith, avaient écrit des concertos à l’intention de Paul Wittgenstein, brillant pianiste qui avait perdu son bras droit durant la Première Guerre mondiale. Le pianiste commande par ailleurs de nouvelles pièces ou en inspire à William Bolcom, Lukas Foss (Piano Concerto for Left Hand, 1994) et Gunther Schuller, entre autres.

Après avoir suivi plusieurs traitements, Leon Fleisher voit son état s’améliorer au milieu des années 1990. Il recommence à interpréter des pièces pour deux mains en 1995. Il retrouve peu à peu la souplesse de son jeu à la main droite, mais conserve son répertoire pour la main gauche. En 2004, il enregistre Two Hands, son premier album solo à deux mains depuis les années 1960. Le court documentaire du même nom que réalise en 2006 Nathaniel Kahn sur la persévérance de cet instrumentiste est sélectionné aux oscars.

Leon Fleisher meurt le 2 août 2020 à Baltimore.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Charles TRUMBULL, « FLEISHER LEON - (1928-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-fleisher/