FEBRES CORDERO LEÓN (1931-2008)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique équatorien, León Febres Cordero fut président de la République de 1984 à 1988. Son mandat fut marqué par l’autoritarisme.

Né le 9 mars 1931 à Guayaquil, León Febres Cordero Ribadeneyra étudie le génie mécanique aux États-Unis. De retour en Équateur, il fait son entrée sur la scène politique nationale en 1966, en tant que député du Congrès. Membre du Parti social-chrétien, ce richissime homme d’affaires conservateur est élu président de la République en 1984 avec le mot d’ordre Pan, Techo y Empleo (« pain, toit et emploi »). Il se fait bientôt connaître à travers toute l’Amérique latine pour son image d’homme à poigne, renforcée par un goût prononcé pour la cigarette et les armes à feu. Si son approche néo-libérale de la politique économique lui vaut l’admiration du président des États-Unis Ronald Reagan, ses relations avec le Parlement équatorien et le pouvoir judiciaire sont souvent houleuses. On l’accuse en outre d’avoir toléré des violations des droits de l’homme. Son kidnapping éphémère par des commandos rebelles de la force aérienne, en 1987, ne fait d’ailleurs que souligner l’instabilité politique du pays. Après son mandat présidentiel, achevé en 1988, León Febres Cordero sera maire de sa ville natale, de 1992 à 2000. Il y meurt le 15 décembre 2008.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  FEBRES CORDERO LEÓN (1931-2008)  » est également traité dans :

ÉQUATEUR

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELER, 
  • Yves HARDY, 
  • Catherine LAMOUR, 
  • Emmanuelle SINARDET
  • , Universalis
  •  • 8 608 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « León Febres Cordero (1984-1988) : le néo-libéralisme autoritaire »  : […] Le conservateur et richissime homme d'affaires León Febres Cordero, du Parti social-chrétien (P.S.C., droite) remporte l'élection présidentielle de 1984. Acquis au néo-libéralisme, il reçoit le soutien des élites économiques pour poursuivre les efforts d'ajustements financiers menés par le gouvernement précédent. Simultanément, il renégocie la dette auprès des banques privées et obtient des prêts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equateur/#i_95607

Les derniers événements

8 mai 1988 • ÉquateurÉlection du social-démocrate Rodrigo Borja à la présidence

León Febres Cordero. Il disposera d'une majorité stable au Parlement, qui devrait lui permettre, dans un pays durement éprouvé par la crise économique et financière due à la chute du prix du pétrole, par une vive tension politique et sociale et par le tremblement de terre de mars 1987, de mettre en œuvre son programme axé sur un renforcement de l'interventionnisme de l'État.  [...] Lire la suite

6 mai 1984 • ÉquateurÉlection de León Febres Cordero à la présidence

Cordero, candidat d'une coalition de six partis conservateurs ou de centre droit regroupés dans le Front de reconstruction nationale, qui avait obtenu 27,7 p. 100 des voix. C'est ce dernier qui est élu au deuxième tour avec plus de 47 p. 100 des voix : León Febres Cordero, fervent défenseur [...] Lire la suite

Pour citer l’article

« FEBRES CORDERO LEÓN - (1931-2008) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leon-febres-cordero/