LENS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Installée au cœur de l'ancien bassin minier, dont on ne peut la dissocier, Lens, 33 370 habitants en 2012 (et plus de 500 000 habitants pour l'agglomération), est la plus peuplée et la plus animée des villes minières du Pas-de-Calais. Grâce aux exploits de son équipe de football, elle est devenue la plus célèbre et la plus représentative des quelque cent trente communes agglutinées dans l'énorme nébuleuse urbaine et industrielle qui recouvre l'ancien gisement de charbon.

Hauts-de-France : carte administrative

Hauts-de-France : carte administrative

Carte

Carte administrative de la région Hauts-de-France. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La fermeture de la dernière fosse, en 1991, a mis fin symboliquement à près d'un siècle et demi « d'épopée minière », mais l'abandon de l'exploitation avait commencé trente ans plus tôt, et la mutation du territoire était déjà largement entamée. C'est vers 1850 que l'on avait découvert le gisement houiller du Pas-de-Calais, prolongeant celui du Nord jusqu'au-delà de Bruay. Trente ans après, ce gisement assurait à lui seul plus de la moitié de la production nationale de charbon. Toutefois, la domination extrême de la mine devait rendre très difficile la reconversion un siècle plus tard.

La croissance de la population fut spectaculaire. Lens, par exemple, est passée de 2 500 habitants au milieu du xixe siècle à 32 000 habitants à la veille de la Première Guerre mondiale, Liévin de 2 000 à 25 000, Bruay-en-Artois de 1 500 à 20 000, etc. L'industrialisation s'appuya sur les migrations intra-départementales, transférant le mode de vie rural de l'Artois dans ce nouvel espace où chevalements, terrils et autres emprises industrielles, corons (alignements d'étroites maisons identiques et accolées) et cités (leur variante plus moderne et plus aérée) s'imbriquaient inlassablement et anarchiquement, au gré de la géologie et du percement des puits de mine, sans tenir compte de la trame territoriale préexistante. Rien à voir avec un vrai tissu urbain : chaque cité constituait en soi une unité de vie cohérente, sans guère d'ouverture sur l'extérieur.

La Grande Guerre fut une épreuve terrible pour le bassin. Sa partie la plus orientale fut soumise à une occupation implacable et à un pillage économique total par les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre-Jean THUMERELLE, « LENS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lens/