HORNE LENA (1917-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La chanteuse, danseuse et comédienne américaine Lena Mary Calhoun Horne naît le 30 juin 1917 à Brooklyn (New York). En 1933, elle abandonne ses études et intègre la troupe de danseuses du Cotton Club, le célèbre night-club de Harlem. Elle se produit aux côtés de meneurs de revue comme Cab Calloway, avant de s'y voir confier la vedette dans ses propres spectacles. En 1935, elle entre comme vocaliste dans l'orchestre de Noble Sissle, sous le nom d'Helena Horne. Sa notoriété s'établit : au début des années 1940, elle est chanteuse dans le grand orchestre de Charlie Barnet. Lena Horne est alors découverte par le producteur John Hammond et se produit bientôt en solo au Carnegie Hall de New York.

En 1942, elle s'installe à Los Angeles ; sa beauté et sa voix lui ouvrent les portes de Hollywood, et elle apparaîtra dans de nombreux films, parmi lesquels Cabin in the Sky de Vincente Minnelli (1943, Un petit coin aux cieux), Meet me in Las Vegas de Roy Rowland (1956, Viva Las Vegas !) et The Wiz de Sidney Lumet (1978). Elle tient le rôle principal – Selina Rogers – dans Stormy Weather de Andrew L. Stone (1943, Symphonie magique), dont la chanson-titre va devenir son interprétation emblématique. Dotée d'une présence scénique remarquable, Lena Horne est l'une des chanteuses les plus populaires de son temps. Son album live Lena Horne at the Waldorf Astoria (1957) se maintiendra très longtemps en tête des ventes aux États-Unis et sa première prestation comme vedette à Broadway – dans la comédie musicale Jamaica (1957) – sera récompensée en 1958 par un Tony Award de la meilleure actrice dans un musical.

Lena Horne s'est largement engagée aux côtés d'organisations de défense des droits civiques, ce qui lui vaudra d'être inquiétée par la Commission des activités antiaméricaines du sénateur McCarthy. Dans sa carrière de comédienne, elle refusera les rôles enfermant la femme afro-américaine dans des clichés. Elle sera mariée en secondes noces à l'arrangeur et chef d'orchestre Lennie Hayton de 1947 à la mort de celui-ci, en 1971 (ils se sépareront cependant au début des années 1960). En 1984, le Kennedy Center for the Performing Arts lui rend hommage en lui décernant sa plus haute distinction. Lena Horne meurt à New York le 9 mai 2010.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HORNE LENA (1917-2010)  » est également traité dans :

AFRO-AMÉRICAIN CINÉMA

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 6 963 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De timides ouvertures en période de ségrégation »  : […] Avant les années 1960, il n’existe pas de production hollywoodienne qui soit réellement antiraciste. La présence du Code Hays (1934-1968), code de censure cinématographique corporatif, qui interdisait entre autres de décrire des relations interraciales, l’en empêchait. Seuls des militants situés hors du système abordent la question raciale de front comme Leo Hurwitz dans son documentaire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-afro-americain/#i_2942

CALLOWAY CABELL dit CAB (1907-1994)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 656 mots
  •  • 2 médias

Hi-de-hi-de-ho ”, et la foule reprend en écho cet éclat de rire contagieux. Sur scène, devant une formation électrisée, virevolte, toutes dents dehors, un être insolite, à la fois danseur, comédien, chanteur et chef d'orchestre . Une grande vedette populaire, certes. Mais derrière le burlesque et les extravagances, Cab Calloway se révèle un parfait musicien, indispensable c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calloway-cabell-dit-cab/#i_2942

Pour citer l’article

« HORNE LENA - (1917-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lena-horne/