LE TROUPEAU, film de Yilmaz Güney

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cinéma engagé

À la fin des années 1970, ce film semble être en Europe une réelle découverte parmi les deux cents films de la production annuelle turque. Il détonne par rapport à une production commerciale insipide et soumise à la censure politique. Ce film a été réalisé dans des conditions drastiques, avec des moyens techniques limités. Achetée au marché noir, la pellicule est de trois types différents, donnant à l'image un étalonnage médiocre de la couleur.

Mais son intensité dramatique et ses promesses en termes d'écriture en font une œuvre à la fois puissante et attachante. L'intrigue romanesque se transforme peu à peu en un plaidoyer politique, chargé de mettre à nu les contrastes violents d'une Turquie partagée entre tradition et modernité. Derrière la peinture de valeurs rétrogrades, Yilmaz Güney dénonce l'absolutisme patriarcal des familles, l'agriculture extensive, la misère des villes, la corruption et le chômage. Si la première partie du film décrit l'anachronisme des structures patriarcales, la seconde, à travers le voyage, met en relief le fatalisme du monde rural. Les pérégrinations entre l'Anatolie rurale et le monde urbain d'Ankara nous renvoient au thème d'une lente dépossession. Le réalisateur déroule une galerie de portraits sans concessions, éclairant des personnages en extrême souffrance. Une belle-fille obstinément muette, méprisée pour son incapacité à perpétuer la filiation, un fils démuni face à la tyrannie d'un père moyenâgeux. Cette approche implacable de la réalité turque est filmée dans ses moindres détails. Elle est montrée avec autant de simplicité que de rudesse. À travers cet itinéraire vers la mort, la Turquie moderne semble incapable de concilier ses propres diversités culturelles et géographiques. La ville devient le gouffre final d'un passé archaïque. La mort prend ici les traits d'une ultime incompréhension.

La migration du Troupeau a aussi valeur métaphorique. Derrière la résignation apparente, pointant la fin d'un monde rural traditionnel, Yilmaz Güney met en parallèle les destinées humaines et animales. L'errance dramatique pre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences, sociologue à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Les derniers événements

3-15 août 2007 Royaume-Uni. Découverte de foyers de fièvre aphteuse dans le Surrey

troupeau est aussitôt abattu et l'exploitation mise en quarantaine, tandis que le Premier ministre Gordon Brown interrompt ses vacances pour présider une cellule de crise. En 2001, l'épizootie de fièvre aphteuse avait conduit à l'abattage de millions d'animaux dans le pays, pour un coût de 12 milliards d'euros. Le 4, Londres décide de suspendre les […] Lire la suite

1er-28 mars 2001 Europe. Extension de l'épizootie de fièvre aphteuse

troupeau est abattu. Le 13, le ministère français de l'Agriculture annonce qu'un premier foyer de fièvre aphteuse a été identifié dans un élevage de bovins de la Mayenne. Des dispositions préventives sont aussitôt adoptées. Le Comité vétérinaire permanent (C.V.P.) de l'Union européenne interdit l'exportation d'animaux vivants depuis le territoire français […] Lire la suite

22-24 octobre 2000 France. Alerte à la « vache folle »

troupeau avaient été abattues et leur viande commercialisée dans des magasins Carrefour. Le distributeur décide de rappeler les produits suspects. Cet incident, qui suscite une vive émotion, relance le débat sur la mise en place d'un dépistage systématique de l'E.S.B. dans les abattoirs. Le 24, le ministre de l'Agriculture, Jean Glavany, annonce l'extension […] Lire la suite

Pour citer l’article

Kristian FEIGELSON, « LE TROUPEAU, film de Yilmaz Güney », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/le-troupeau/