Le Sacre du printemps, STRAVINSKI (Igor)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auteur

«Je n'écris pas de la musique moderne. J'écris seulement de la bonne musique.» Cet aphorisme résume le génie d'Igor Stravinski, profondément russe mais cosmopolite (il sera porteur de passeports russe, français et américain), maître de l'orchestre, du rythme et des timbres. Dans sa démarche néo-classique, il se réfère aussi bien à la musique baroque (Pulcinella, d'après Pergolèse, 1920) qu'à la musique sérielle (Agon, 1957). Son parcours est jalonné de quelques-uns des chefs-d'œuvre du xxe siècle: les ballets L'Oiseau de feu (1910), Petrouchka (1911), Le Sacre du printemps (1913), Les Noces (1923), les opéras Le Rossignol (1914), Œdipus Rex (1928), The Rake's Progress (1951), et sa grande œuvre pour chœur et orchestre, la Symphonie de psaumes (1930).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Voir aussi

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « Le Sacre du printemps, STRAVINSKI (Igor) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-sacre-du-printemps-stravinski-igor/