COROMANDEL LAQUES DITS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le type des laques dits « de Coromandel » a été créé en Chine vers le milieu du xviie siècle. Leur nom, celui de la côte orientale de l'Inde, a été donné par les Anglais du fait que c'était dans les ports de cette côte que ces laques, exportés de Chine vers l'Europe aux xviie et xviiie siècles, étaient transbordés des jonques chinoises sur les navires des compagnies des Indes. Ce sont des cabinets et surtout de vastes paravents de douze feuilles pouvant atteindre 3 mètres de hauteur et 60 centimètres de largeur pour chaque feuille. À l'origine, ils constituaient des présents offerts en Chine à de hauts dignitaires. Devenus articles d'exportation à partir du règne de Kangxi, ils connurent une grande vogue en Europe. Beaucoup d'entre eux étaient d'ailleurs démembrés à leur arrivée et découpés en panneaux pour orner des commodes.

La technique inaugure un nouveau mode de décoration. Le bois est recouvert d'un tissu fin, maintenu par un enduit de colle végétale et de schiste pulvérisé, soigneusement aplani. Le laque uni, presque toujours noir, parfois brun et plus rarement rouge, est ensuite posé en couches successives atteignant environ 3 millimètres d'épaisseur. Le décor, cerné d'incisions profondes et modelé en creux, est alors peint au moyen de pigments colorés mats, verts, rouges, bleus et blancs, souvent accompagnés d'or, qui contrastent avec le brillant du laque. Les plus beaux paravents, parfois datés, comportent de vastes scènes animées de personnages ou des paysages à grande échelle. Ils occupent toute la surface, à l'exception de larges bordures ornées, en général, de symboles de bon augure. La fabrication a continué au xixe siècle, mais avec des motifs plus secs et plus encombrés.

—  Daisy LION-GOLDSCHMIDT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COROMANDEL LAQUES DITS DE  » est également traité dans :

LAQUE

  • Écrit par 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT
  •  • 3 927 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Richesse et décadence »  : […] xixe siècles, de trop riches incrustations de lapis, d'ivoire, de corail, etc., s'ajoutent aux meubles burgautés. Tout autres sont les paravents dits « de Coromandel », à fonds noirs ou bruns, décorés de pigments laqués disposés dans des entailles ; ils furent très recherchés en Europe aux xviie et xviiie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laque/#i_18465

Pour citer l’article

Daisy LION-GOLDSCHMIDT, « COROMANDEL LAQUES DITS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/laques-dits-de-coromandel/