LANGOUSTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Crustacé marin décapode, à l'abdomen développé, caractérisé par une carapace épineuse, de longues antennes et l'absence de pinces.

Embranchement : Arthropodes ; sous-embranchement : Antennates ; super-classe : Crustacés ; classe : Malacostracés ; sous-classe : Eumalacostracés ; super-ordre : Eucarides ; ordre : Décapodes ; sous-ordre : Pléocyémates ; infra-ordre : Palinuridés.

La langouste est, à l'instar du homard, une espèce particulièrement appréciée en gastronomie. Elle lui est souvent assimilée, notamment dans les pays anglo-saxons du fait de son nom, spiny lobster, littéralement « homard épineux ». La différence la plus notable est bien sûr l'absence des grosses pinces qui sont caractéristiques du homard. De plus, la langouste possède, sur le céphalothorax, de nombreuses expansions assimilables à des épines qui justifient la dénomination d'outre-Atlantique. Elle possède aussi une paire d'antennes plus longues que le corps.

La langouste présente une diversité en nombre d'espèces et en répartition bien plus importante que le homard. On distingue, par exemple, la langouste européenne (Palinurus elephas ou Palinurus vulgaris) que l'on pêche de la Manche à la Méditerranée, et la langouste du Cap (Jasus lalandei) qui vit sur les côtes d'Afrique et d'Australie. Il existe également un certain nombre d'espèces appartenant au genre Palunirus sur les côtes de l'Amérique du Nord et de l'Amérique du Sud, en particulier Palunirus argus (côtes de la Floride et des Caraïbes), qui est connue pour son comportement migratoire, et Palunirus interruptus (côtes californiennes).

Langouste

Photographie : Langouste

La langouste (Palinurus elephas) se déplace sur les fonds rocheux et se cache dans les crevasses. Ses larves translucides et aplaties, appelées phyllosomes, évoluent au milieu du plancton en eau libre. Après plusieurs mues, elles se métamorphosent et migrent vers le fond. La langouste... 

Crédits : C. Galasso/ De Agostini/ Getty Images 

Afficher

La langouste européenne, qui mesure jusqu'à 50 centimètres de longueur (antennes non comprises) avec un poids pouvant atteindre 8 kilogrammes vit sur les fonds rocheux situés à partir de 10 mètres de profondeur bien qu'elle soit plus abondante au delà de 40 mètres. En journée, elle se cache dans des anfractuosités où seules les antennes sont visibles. Les « épines » qui parsèment le céphalothorax et recouvrent la base des antennes lui permettent de résister à la traction qu'un prédateur exercerait pour l'extraire de son trou. De plus, les antennes, qui constituent la partie visible et préhensile de l'animal lorsqu'il est caché, peuvent se sectionner (autotomie) en cas d'agression. Elles se reconstitueront au fur et à mesure des mues successives. La nuit, elle sort pour se nourrir de mollusques, dont elle arrive à briser la coquille, d'animaux morts et même, occasionnellement, d'algues.

La reproduction est similaire à celle du homard. La femelle peut porter, selon les espèces, jusqu'à 600 000 œufs sous son abdomen jusqu'à l'éclosion d'une larve, translucide et aplatie, qui lui est particulière : la larve phyllosome. Celle-ci va rester pélagique pendant de nombreux mois et subir un certain nombre de mues avant de ressembler à l'adulte et de s'installer sur le fond.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences H.D.R., université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  LANGOUSTE  » est également traité dans :

MALACOSTRACÉS

  • Écrit par 
  • Jacques FOREST
  •  • 10 017 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mue, autotomie et régénération chez les décapodes »  : […] Chez tous les arthropodes, la possession d'un squelette externe rigide, pratiquement inextensible, entraîne une importante conséquence biologique : l'accroissement du corps est lié à un phénomène cyclique, connu sous le nom de mue, et au cours duquel l'animal « change de peau ». Les crustacés présentent tout au long de leur vie des mues nombreuses, car leur croissance n'est pas limitée, comme cel […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Yves TOULLEC, « LANGOUSTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/langouste/