DOUCOURÉ LADJI (1983- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athlète français né le 28 mars 1983 à Juvisy-sur-Orge (Essonne) d'un père malien et d'une mère sénégalaise. Spécialiste des haies hautes. Durant ses jeunes années, Ladji Doucouré pratique concomitamment le football, au sein du club de Morsang-sur-Orge, et l'athlétisme, à Viry-Châtillon. Il abandonne le football en 1996 à la suite d'une fracture du tibia. Il va dès lors se consacrer à l'athlétisme. À partir de 1998, il travaille avec Renaud Longuèvre, conseiller technique régional pour les épreuves combinées, qui lui fait découvrir toutes les disciplines de ce sport. Il s'illustre chez les cadets puis chez les juniors, aussi bien dans les épreuves combinées que sur les courses de haies. Les Championnats du monde juniors de Santiago du Chili, en 2000, marquent ses grands débuts sur la scène internationale : encore cadet, il est médaillé de bronze sur 110 mètres haies (13,75 s) et d'argent du relais 4 fois 100 mètres. En 2001, il participe essentiellement aux épreuves combinées : le 10 juin, à Arles, il établit le record de France juniors du décathlon (7 794 points) puis, le 19 juillet, il devient champion d'Europe de cette catégorie d'âge (7 747 points). Son année 2002 est contrariée par de nombreuses blessures. À partir de 2003, il délaisse les épreuves combinées et se consacre aux courses de haies. Les résultats sont au rendez-vous : le 20 juillet, il est sacré champion d'Europe espoirs du 110 mètres haies (13,25 s). Il est aussi retenu pour disputer les Championnats du monde de Paris-Saint-Denis : il réalise 13,31 s en séries, « chrono » qui lui autorise quelques ambitions. Diminué par une blessure, il se voit éliminé en demi-finale (13,54 s).

Le grand public le découvre en 2004, à l'occasion des jeux Olympiques d'Athènes. En séries, il court le 110 mètres haies en 13,18 s, et bat le record de France détenu depuis 1986 par Stéphane Caristan (13,20 s) ; en demi-finales, il améliore encore sa performance (13,06 s) et se pose en favori pour la finale, avec le Chinois Liu Xiang. Celui-ci réalise la course parfaite, et s'impose en égalant le record du monde du Britannique Colin Jackson (12,91 s), alors que Ladji Doucouré, qui semble en mesure d'obtenir la médaille d'argent, heurte l'ultime obstacle et se classe dernier de l'épreuve.

Durant l'hiver de 2005, sur les conseils de Renaud Longuèvre qui pense que cette expérience peut lui permettre de mieux gérer la pression liée aux grands rendez-vous, il part en stage aux États-Unis et participe aux compétitions en salle outre-Atlantique. Il bat le record de France du 60 mètres haies (7,43 s), puis, à Madrid, devient champion d'Europe de la spécialité (7,50 s).

L'été de 2005 voit la consécration de Ladji Doucouré. Le 1er juillet, au Stade de France, lors d'un meeting comptant pour la Golden League, il domine le Chinois Liu Xiang et l'Américain Allen Johnson, tout en battant le record de France du 110 mètres haies (13,02 s). Le 15 juillet, à l'occasion des Championnats de France, il devient le premier Français à courir le 110 mètres haies en moins de 13 secondes (12,97 s), ce qui fait de lui l'un des favoris pour le titre mondial.

La finale du 110 mètres haies, le 12 août 2005, est l'une des courses les plus denses des Championnats du monde d'Helsinki. Ladji Doucouré, qui a parfaitement maîtrisé les séries et les demi-finales, est au départ. Mais il doit notamment affronter le Chinois Liu Xiang, champion olympique en 2004, les Américains Allen Johnson, champion olympique en 1996 et quadruple champion du monde, Terrence Trammell, médaillé d'argent aux Jeux en 2000 et 2004, et Dominique Arnold. Ladji Doucouré apporte la preuve de sa force de caractère : il remonte, en restant maître de sa technique, Allen Johnson, mieux parti, et résiste, malgré une légère faute sur le dernier obstacle, au retour de Liu Xiang. En 13,07 s, il obtient la médaille d'or, devant Liu Xiang (13,08 s) et Allen Johnson. Cette réussite ne le grise pas, d'autant que, dès le lendemain, il doit se trouver au départ du relais 4 fois 100 mètres. En effet, une heure trente avant la finale du 110 mètres haies, les Français (avec Oudéré Kankarafou au départ à la place de Ladji Doucouré) se sont brillamment qualifiés pour la finale. Ladji Doucouré lance parfaitement Ronald Pognon, Eddy De Lépine transmet le témoin en tête à Lueyi Dovy, qui résiste au retour du Trinidadien Darrel Brown : en 38,08 s, les Français sont champions du monde. Si le titre de Ladji Doucouré sur 110 mètres haies était espéré, celui des relayeurs français constitue une totale surprise. Jamais les Français n'avaient remporté la médaille d'or du 4 fois 100 mètres aux jeux Olympiques ou aux Championnats du monde ; depuis la création des Championnats du monde en 1983, jamais une formation européenne ne s'était imposée.

La suite de la carrière de Ladji Doucouré est fortement perturbée par des blessures. Il ne peut donner sa pleine mesure ni aux Championnats d’Europe en 2006 ni aux Championnats du monde en 2007. Néanmoins, il ne se décourage pas et, en 2008, il peut participer aux jeux Olympiques de Pékin. Ses chances de réussir une bonne performance semblent infimes, en raison d’une blessure au pied qui l’a empêché de s’entraîner correctement pendant de longs mois. Néanmoins, il parvient à se qualifier pour la finale du 110 mètres haies, et, en 13,24 s, il prend la quatrième place de l’épreuve remportée par le Cubain Dayron Robles (12,97 s). Mais ce résultat le déçoit profondément. Il a pourtant fait preuve de courage et de panache.

En 2009, il remporte le 60 mètres haies aux Championnats d’Europe en salle, mais, blessé, il doit déclarer forfait pour les Championnat du monde de Berlin. Sa saison 2010 est de nouveau gâchée par des problèmes physiques. Diminué, il participe néanmoins au 110 mètres haies des Championnats d’Europe de Barcelone, mais il est éliminé en demi-finale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « DOUCOURÉ LADJI (1983- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ladji-doucoure/