LA POUPÉE (I. Kadaré)Fiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une demeure fantasque

Le livre laisse une large place à la maison d'enfance de Gjirokastër, si importante dans l'imaginaire de l'écrivain. Cette ville du sud de l'Albanie possède encore des maisons-forteresses. Celle de la famille Kadaré, vaste et déserte, est dotée d'une citerne souterraine, de caves, d'escaliers dérobés et même d'un cachot ! Chaque membre de la famille entretient un rapport très personnel avec cette bâtisse. La grand-mère ne fait « qu'un avec les voûtes, les poutres et murs porteurs », le père, surnommé ironiquement « le Grand Reconstructeur », entreprend des restaurations sans en avoir les moyens, ce qui plonge la famille dans le dénuement. Quant à la mère, elle déclare à son fils atterré : « C'est la maison qui me dévore », ce qui signifie qu'elle meurt d'ennui. Il ajoute que « les maisons telles que la nôtre semblaient comme construites à dessein pour perpétuer l'hostilité et les quiproquos. » L'enfant ne sait s'il l'aime ou non car cette demeure, avec ses pièces inoccupées et condamnées, lui semble « irréelle ». Il avoue que son pacte avec celle-ci est peu définissable : « Les mots pour le décrire faisaient défaut. Ou je ne les connaissais pas encore, ou ils n'avaient pas encore été inventés. » Tout au long de son œuvre romanesque, Kadaré s’efforcera de combler cette lacune.

Le récit commence avec l'annonce de la mort de la mère. Un cousin qui a porté le corps s'étonne de sa légèreté et s'exclame : « Comme si elle avait été, dirais-je, en papier. » Ce manque de densité – cette mère ne semble qu'esquissée, comme un dessin au « fusain » ou un « crayonnage » – justifie son surnom : « la Poupée ». Une apparence qui n'a rien de rassurant : « [ …] à l'époque déjà, j'avais éprouvé la terreur que peut inspirer une poupée, mélange de froideur, de blancheur plâtreuse, d'énigme, comme dans les masques du théâtre japonais […] ». Kadaré tire de cet effroi une affirmation surprenante mais fondamentale : « C'est parce qu'elle était étrangère à la nature humaine qu'elle allait me [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en lettres modernes, habilité à diriger des recherches en littératures comparées

Classification

Pour citer l’article

Jean-Paul CHAMPSEIX, « LA POUPÉE (I. Kadaré) - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-poupee/