KRISHNAMURTI KRISHNAMURTI JIDDU dit (1895-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Maître spirituel indien qui fut mis en vedette, dans sa jeunesse, par la Société théosophique, Krishnamurti Jiddu était né dans une famille de brahmanes. Il y fut remarqué par un membre influent de ce mouvement, Charles Webster Leadbeater, et « initié » en janvier 1910, puis adopté par la présidente de l'organisation, Annie Besant, comme devant être le Messie, la réincarnation de Jésus ou d'autres grands maîtres du passé et la manifestation même du seigneur Maitreya, le Buddha futur. En 1911, Annie Besant fonda l'ordre de l'Étoile d'Orient, qui était chargé d'entourer le jeune prophète et dont les membres vouaient à celui-ci une véritable adoration. De 1912 à 1920, Krishnamurti séjourna en Grande-Bretagne, hébergé par des adeptes de la Société théosophique. C'est en août 1922, en Californie, qu'il connut les débuts de ce qu'il a appelé son « processus » : le jeune homme, qui donnait des signes d'extase, faisait l'expérience de la compassion universelle, comme lien absolu avec le monde. Peu à peu, au cours de ses conférences dans différents pays, il en vint à se détacher du mouvement d'Annie Besant, au nom de la liberté du changement intérieur dans la vérité propre à chacun. Il prononça en 1929 la dissolution de l'ordre de l'Étoile d'Orient, puis démissionna de la Société théosophique, déclarant alors : « Dès l'instant où vous suivez quelqu'un, vous cessez de suivre la vérité. »

Krishnamurti passa ensuite la majeure partie de son existence en Inde, où son influence se fit sentir notamment dans de nombreuses institutions pédagogiques. Son message, duquel il bannissait dès lors (pour en avoir suffisamment pâti lui-même !) toute idée d'initiation, fut essentiellement oral, les livres qu'il a signés reprenant, pour la plupart, ses conférences et ses dialogues. Plusieurs ont été traduits en français, par exemple Commentaires sur la vie (Buchet-Chastel, 1973 et 1974), L'Éveil de l'intelligence (Stock, 1975), Tradition et révolution (ibid., 1978), Journal (Buchet-Chastel, 1983).

—  Charles BALADIER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KRISHNAMURTI KRISHNAMURTI JIDDU dit (1895-1986)  » est également traité dans :

THÉOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Antoine FAIVRE
  •  • 5 364 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Société théosophique »  : […] Le mot « théosophie » a été emprunté, de 1875 à nos jours, par une société dont l'importance est tout à fait indéniable, mais dont la doctrine n'a que certains points communs avec ce qui précède. Il est regrettable qu'à l'heure actuelle ce mot évoque indifféremment ladite société et la théosophie du contexte abrahamique. Du moins en est-il ainsi en français ; car, en anglais, on fait plus volonti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theosophie/#i_92294

Pour citer l’article

Charles BALADIER, « KRISHNAMURTI KRISHNAMURTI JIDDU dit (1895-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/krishnamurti/