KIPPOUR (A. Gitaï)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le film de guerre est un genre. Le film de guerre stricto sensu fait référence aux guerres du xxe siècle, que le cinéma a ou aurait pu filmer. Le cinéaste qui reconstitue les guerres indiennes travaille aux marges du western, tout comme celui qui évoque la guerre de Sept Ans fait dans le film en costumes, ou celui qui filme les guerres puniques n'échappe pas au péplum. Le film de guerre, lui, travaille une histoire encore chaude, s'approprie une mémoire controversée qu'il contribue à fixer. À ce titre, il porte une responsabilité dans la construction d'une conscience collective de l'histoire. Il s'agit souvent d'un film engagé, qui peut avoir fonction de commémoration nationale, de mobilisation belliqueuse (des films de guerre sur la Première Guerre mondiale ont été produits pour servir la propagande des États impliqués dans la Seconde), voire de protestation contre l'injustice, la barbarie, ou, plus simplement, de manifeste pacifiste.

Le film de guerre est aussi un travail de professionnel (du cinéma) qui recourt aux services de consultants – des officiers à la retraite par exemple dont la présence au générique doit conforter les producteurs et impressionner les spectateurs. Le cas de Kippour (2000), de l'Israélien Amos Gitaï, dont on connaît l'engagement en faveur d'un apaisement entre Israël et ses voisins, est un cas rare de film à la première personne du singulier : en effet, le réalisateur et scénariste a été, vingt-six ans avant le tournage, un protagoniste de l'épisode qui se trouve au cœur du film.

Certes, il y a eu des films de correspondants de guerre (La 317e Section, de Pierre Schoendoerffer, en 1964, reconstituait au plus près un épisode de la guerre d'Indochine dont il avait été le témoin dix ans plus tôt), ou des films d'ancien combattant : The Big Red One de Samuel Fuller en est un bon exemple. Mais on avait affaire ici à la chronique héroïque d'une division d'infanterie de 1943 à 1945, dont Fuller avait fait partie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, « KIPPOUR (A. Gitaï) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kippour/