KHASI

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Population du district unifié des montagnes Khasi et Jaintia de l'État autonome de Meghalaya dans le nord-est de l'Inde (quelques-uns sont dans l'Assam, ou dans d'autres États de l'Inde). Chez les Khasi ou Khassia, qui s'appellent eux-mêmes Hynniewtrep (« Sept Hutter », ou « Sept Clans ») – ce nom regroupe les Khasi, les Jaintia, les Bhoi et les War –, la transmission des biens et l'héritage du pouvoir tribal se font par les femmes, de la mère à la plus jeune fille. L'exploitation, et l'organisation de la propriété, sont cependant aux mains des hommes qui se trouvent rattachés à ces femmes, et non aux mains des femmes elles-mêmes. Cet usage est cependant battu en brèche. La conversion des Khasi au christianisme a, en effet, entraîné un conflit entre les obligations rituelles de la religion tribale et les exigences de la nouvelle religion ; à cela s'ajoute le droit d'établir des testaments pour les biens acquis par le testateur. Les Khasi parlent le môn-khmer. Le riz fournit l'essentiel de la subsistance : il est cultivé au fond des vallées et sur les terrasses établies sur les flancs des collines. Beaucoup de paysans emploient encore la méthode jhum, incendiant la jungle pour obtenir une récolte sur la cendre pendant un ou deux ans. Des offres ont été faites à ces cultivateurs itinérants pour les sédentariser et leur faire adopter des méthodes conventionnelles, plus productives. La culture actuelle de la pomme de terre est une culture sur brûlis analogue au jhum avec une rotation de trois à cinq ans. Une des caractéristiques les plus marquantes de l'organisation sociale, qui est liée à la distribution des clans et à la nature des lignages, est la tendance prédominante à l'endogamie au niveau du village. La population khasi comporte un certain nombre de clans matrilinéaires dont les membres se considèrent comme descendants d'un ancêtre commun (khur). Les membres d'un khur ont une même sépulture dans laquelle les os de tous les morts sont enterrés. L'unité lignagère la plus importante est le iing. Celui-ci a une continuité verticale sans extension sur le plan des collatéraux. L'établissement d'une nouvelle maison par une femme khasi avec son mari implique la constitution d'un nouveau iing, séparé de son iing natal non seulement sur le plan résidentiel mais aussi sur le plan sociologique.

Interdit par le gouvernement indien depuis le 16 novembre 2000, le conseil de libération nationale du Hynniewtrep poursuit, en 2008, sa lutte armée pour l'indépendance khasi dans le Meghalaya.

—  Yvan BARBÉ

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Yvan BARBÉ, « KHASI », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/khasi/