KANDY, Sri Lanka

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand centre bouddhique, Kandy fut le siège d'une importante monarchie indépendante à Ceylan (Sri Lanka) à la fin du xve siècle et le dernier royaume cinghalais soumis par un pouvoir colonial. Située au centre du pays, dans une région montagneuse, elle survécut aux attaques des deux premières puissances coloniales à Ceylan, le Portugal et les Pays-Bas, avant de succomber à la troisième et dernière, la Grande-Bretagne, en 1818. Alors que tous les autres royaumes singhalais avaient été anéantis par les Portugais au début du xviie siècle, Kandy résista avec ténacité pendant deux siècles.

Durant la domination portugaise, Kandy s'allia aux Hollandais ; sous la domination hollandaise, Kandy rechercha le soutien des Britanniques. À partir du moment où ces derniers reprirent Ceylan, en 1796, ils mirent fin à leur alliance avec Kandy. Ils considéraient en effet l'indépendance prolongée de Kandy comme un frein à l'expansion de leur commerce et de leur réseau de communications à Ceylan. Leur première attaque contre Kandy en 1803 se solda par un échec. Mais, en 1815, les chefs kandyens, mécontents de leur roi tyrannique (venu de l'Inde du Sud), accueillirent favorablement l'intervention britannique. Par l'accord (convention de Kandy) qui s'ensuivit la même année, le roi de Kandy fut déposé et la souveraineté conférée à la couronne britannique mais les droits des chefs Kandyens demeuraient en grande partie inchangés. Bientôt, les dirigeants, contrariés par cet accord, entrèrent en rébellion ouverte en 1817 mais ils furent fermement soumis par les Britanniques en 1818. Ceylan, pour la première fois depuis très longtemps, eut dès lors une administration unifiée.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  KANDY, Sri Lanka  » est également traité dans :

SRI LANKA

  • Écrit par 
  • Osmund BOPEARACHCHI, 
  • Delon MADAVAN, 
  • Éric MEYER, 
  • Édith PARLIER-RENAULT
  •  • 21 644 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De la chute de Polonnaruva à la période kandyenne »  : […] Après le règne de Parākramabāhu, un lent déclin commence. Le pays se scinde en plusieurs petits royaumes. Le délabrement du système d'irrigation qui assurait la prospérité du Nord pousse la population singhalaise à s'établir dans la zone humide du Sud-Ouest. L'instabilité politique, le vandalisme des colonisateurs portugais, arrivés en 1505, expliquent peut-être que l'art de cette époque ne nous s […] Lire la suite

TAMOUL SÉPARATISME, Sri Lanka

  • Écrit par 
  • Nira WICKRAMASINGHE
  • , Universalis
  •  • 1 865 mots

Dans le chapitre « Rapprochements (1994-2002) »  : […] En janvier 1995, le gouvernement de Chandrika Bandaranaike Kumaratunga et le L.T.T.E. font une trêve et amorcent des discussions, mais ce dernier rejette les propositions et rompt le cessez-le-feu. Le gouvernement reprend le contrôle de la péninsule de Jaffna en avril 1996. Mais les Tigres, qui disposent de ressources considérables, ne montrent aucun signe de faiblesse et continuent d'attaquer le […] Lire la suite

Pour citer l’article

« KANDY, Sri Lanka », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 31 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kandy-sri-lanka/