MIKSZÁTH KÁLMÁN (1847-1910)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier hongrois. Après des études de droit, Mikszáth s'oriente vers le journalisme. En 1887, déjà célèbre, il entre à l'Assemblée nationale. Ses premiers succès littéraires lui vinrent de deux volumes de nouvelles : La Famille slovaque (A tót atyafiak, 1881) et Le Bon Palocs (A jó palócok, 1882). En 1894, il publie son premier roman, Le Siège de Beszterce (Beszterce ostroma), histoire d'un aristocrate hongrois plutôt excentrique. Romantique dans sa première manière, Mikszáth évolue, à la fin du siècle, vers un art plus réaliste ; il décrit la vie quotidienne avec compréhension et sympathie, mais n'hésite pas à fustiger les travers de la société, avec un sens aigu de la satire.

L'intrigue des nouvelles de Mikszáth, et même de certains de ses romans, repose généralement sur une simple anecdote. Ce n'est qu'à la fin de sa vie qu'il réussit à créer des œuvres plus amples, comme en témoignent ses deux romans les plus importants, Un étrange mariage (Különös házasság, 1900), et Le Fils Noszty et Marie Toth (A Noszty fiu esete Tóth Marival, 1908). Le premier, qui situe l'action dans la Hongrie du xixe siècle, évoque la lutte de deux amoureux contre les forces oppressives de la société. Le second raconte l'histoire d'un jeune noble frivole qui essaie de s'enrichir en séduisant une bourgeoise fortunée.

La dernière œuvre de Mikszáth, La Ville noire (A fekete város, 1910), est le meilleur de ses romans historiques.

—  Roger MEUNIER

Écrit par :

  • : chargé de cours à l'université de Paris-VIII, assistant de recherche à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  MIKSZÁTH KÁLMÁN (1847-1910)  » est également traité dans :

HONGRIE

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Lorant CZIGANY, 
  • Albert GYERGYAI, 
  • Pierre KENDE, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Fridrun RINNER
  • , Universalis
  •  • 32 150 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Buisson ardent de talents »  : […] Dans ce buisson ardent de talents, les poètes dominent et mènent le mouvement. Endre Ady (1877-1919), écrivain visionnaire que Paris et le symbolisme français libérèrent de tout le traditionalisme que contenaient ses écrits de jeunesse ; pénétré de plus en plus par la sève de l'ancienne poésie hongroise autochtone, il cristallisa, comme les génies authentiques, les efforts de ses prédécesseurs po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hongrie/#i_12613

Pour citer l’article

Roger MEUNIER, « MIKSZÁTH KÁLMÁN - (1847-1910) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kalman-mikszath/