BINOCHE JULIETTE (1964- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Actrice française née le 9 mars 1964 à Paris.

photographie : Sils Maria, d’Olivier Assayas

Sils Maria, d’Olivier Assayas

Méditation sur le temps, mais aussi hommage à Bergman et Cukor, Sils Maria convoque deux générations d'actrices. Ici, Juliette Binoche (Maria) et Kristen Stewart (Valentine). 

Afficher

Le père de Juliette Binoche est sculpteur et directeur de théâtre tandis que sa mère cumule les métiers d'enseignante et de comédienne. Après avoir décroché son bac, Juliette intègre le Conservatoire de Paris et prend parallèlement des cours privés auprès de Vera Gregh, professeur d'art dramatique renommée. À la fin des années 1970, Juliette Binoche fait ses débuts sur les planches parisiennes et, pendant la première moitié des années 1980, interprète de petits rôles pour le cinéma et la télévision. Elle perce réellement dans la profession grâce au réalisateur Jean-Luc Godard, qui intègre dans le scénario de Je vous salue, Marie (1985) un rôle conçu sur mesure pour elle.

Révélée au grand public par André Téchiné dans Rendez-vous (1985), Juliette Binoche remporte en 1986 le prix Romy-Schneider, décerné par les journalistes français à la comédienne de l'année, pour son interprétation de Nina, une jeune provinciale souhaitant devenir actrice à Paris. Elle joue ensuite dans deux films de Leos Carax, Mauvais Sang (1986) et Les Amants du Pont-Neuf (1991). En 1988, la reconnaissance internationale vient avec son incarnation d'une femme mariée face à un séducteur dans The Unbearable Lightness of Being (L'Insoutenable Légèreté de l'être, d'après le roman de Milan Kundera), son premier film en langue anglaise. La performance de l'actrice, désormais réputée pour ses compositions complexes et éclectiques, est d'autant plus impressionnante qu'elle parvient à transmettre un large éventail d'émotions (Trois Couleurs : Bleu, 1993, qui lui vaut de remporter le césar de la meilleure actrice ; Un divan à New York, 1996 ; Alice et Martin, 1998).

Juliette Binoche connaît alors un immense succès aux États-Unis dans les années 1990 et 2000. Elle décroche l'oscar du meilleur second rôle féminin pour son interprétation de Hana, infirmière canadienne francophone en poste en Italie durant la Seconde Guerre mondiale, dans The English Patient (1996, Le Patient anglais, d'après le roman de Michael Ondaatje). Elle figure ensuite en tête d'affiche de la comédie romantique Le Chocolat (2000), où elle donne la réplique à Johnny Depp, puis apparaît dans des films aussi bien de langue française qu'anglaise, dont Caché (2005), Quelques Jours en septembre (2006), Breaking and Entering (2006, Par effraction), L’Heure d’été (2007) et Sils Maria (2014). Au festival de Cannes 2010, elle obtient le prix d’interprétation féminine pour Copie conforme, d’Abbas Kiarostami.

—  Universalis

Classification

Autres références

«  BINOCHE JULIETTE (1964- )  » est également traité dans :

BARBARA (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traces »  : […] Depuis la disparition de Barbara, les manifestations se sont multipliées autour du souvenir de l’artiste qui a pris rang parmi les classiques de la chanson française à texte et dont de nombreux artistes se réclament. Dès 1986, puis en 2007, Marie Chaix, qui avait été sa secrétaire de 1966 à 1970, avait amorcé dans Barbara une biographie de la chanteuse, qui par ailleurs figure en bonne place dan […] Lire la suite

CARAX LEOS (1960- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 489 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sous le signe de Godard »  : […] Leos Carax est né à Suresnes (Hauts-de-Seine) le 21 novembre 1960. Il suit à Paris-III des cours de cinéma de Serge Daney, qui le pousse à écrire quelques articles dans les Cahiers du cin é ma . Après deux courts-métrages, La Fille r ê v é e (1978) et Strangulation Blues (1980), son premier long-métrage, Boy Meets Girl (1984), ne cache pas ses sources et ses références : en vrac, Cocteau, le L […] Lire la suite

DUMONT BRUNO (1958- )

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 686 mots
  •  • 1 média

Né en 1958, d'abord professeur de philosophie, Bruno Dumont quitte l'enseignement et réalise pendant plusieurs années des films de commande industriels et d'entreprise. Après un détour rapide par l'écriture de scénarios documentaires pour la télévision, c'est la révélation de son premier long-métrage. Prix Jean Vigo 1997, La Vie de Jésus est un film sur l'enlisement, premier volet d'une trilogie […] Lire la suite

SILS MARIA (O. Assayas)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 062 mots
  •  • 1 média

Parce qu’il a souvent filmé l’adolescence, parce que son cinéma baigne dans une culture contemporaine (musiques, bande dessinée, science-fiction, effets spéciaux, cinéma asiatique...), Olivier Assayas semble toujours appartenir au « jeune cinéma français ». Sils Maria (2014) est pourtant son quinzième long-métrage . Après la plongée aux accents autobiographiques d’ Après mai (2012), il se présen […] Lire la suite

UN BEAU SOLEIL INTÉRIEUR (C. Denis)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 076 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’amour en miettes »  : […] Un premier projet portait sur un film collectif qui se serait inspiré des Fragments d’un discours amoureux , de Roland Barthes, un livre qui passionne Claire Denis depuis longtemps : non un roman au sens propre du terme, plutôt une méditation sur les avatars du sentiment amoureux. Un beau soleil intérieur (2017) , imaginé et écrit par la réalisatrice en étroite collaboration avec la romancière Ch […] Lire la suite

Pour citer l’article

« BINOCHE JULIETTE (1964- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juliette-binoche/