JULIANA (1909-2004) reine des Pays-Bas (1948-1980)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille unique de la reine Wilhelmine des Pays-Bas et du prince Hendrik (Heinrich) de Mecklembourg-Schwerin, Juliana, princesse d'Orange-Nassau, se trouvait investie dès sa naissance, en 1909, d'une lourde responsabilité : la survie même de la dynastie qui avait gouverné le pays depuis l'origine et dont elle était le dernier maillon.

Cette sensibilité de la « question dynastique » explique une enfance coupée du monde extérieur ; Juliana reçut toute son éducation primaire et secondaire au Palais royal, mais obtint d'aller étudier à l'université de Leyde, où elle reçut un doctorat honorifique en histoire. Peu impliquée par sa mère dans les affaires de l'État, elle se consacra par la suite à sa fonction de représentation et aux activités caritatives.

La question du mariage de la princesse devint urgente et politiquement sensible avec la montée des tensions internationales dans les années 1930. Aussi, et malgré la légende dorée, l'arrivée dans sa vie en 1936 du jeune et séduisant prince Bernhard de Lippe-Biesterfeld ne dut rien au hasard d'un coup de foudre mais à la diligence de Wilhelmine. Malgré le voisinage menaçant de l'Allemagne hitlérienne, le mariage emporta rapidement l'adhésion populaire, d'autant que la naissance rapide de deux filles, Beatrix (1938) et Irène (1939), écartait les risques de déshérence de la couronne.

L'invasion allemande des Pays-Bas en mai 1940 provoqua l'exil de la famille royale à Londres, puis au Canada pour Juliana et ses filles, où naquit la princesse Margriet (1943). Loin de la pesante tutelle de sa mère et de son mari, Juliana put se forger un style propre, privilégiant la simplicité du mode de vie.

De retour aux Pays-Bas après la Libération, Juliana, mère d'une nouvelle princesse, Marijke (1947), se montra très active dans la reconstruction d'un pays dévasté. Elle devint, à trente-neuf ans, la nouvelle reine des Pays-Bas, après l'abdication de sa mère en septembre 1948. Elle débuta son règne par la reconnaissance de la souveraineté à la république d'Indonésie (1949). Malgré une popularité jamais démentie jusqu'à sa mort, Juliana dut faire face à quatre crises majeures au cours de ses trente-deux années de règne.

La première fut sans doute la plus grave. Juliana, inquiète pour la santé de sa dernière fille, s'était fiée à une guérisseuse qui acquit une influence considérable sur elle, à tel point que le gouvernement décida, en 1956, le départ du Palais de cette « Raspoutine néerlandaise ». Le conflit revêtait une dimension politique majeure dans le contexte de la guerre froide, la guérisseuse ayant attiré la reine vers un neutralisme qui s'opposait à la politique atlantiste des Pays-Bas.

La deuxième épreuve fut la conversion au catholicisme et le mariage d'Irène, en 1964, avec le prétendant espagnol Carlos Hugo de Bourbon Parme. Pour éviter un vote négatif du Parlement, Irène dut renoncer à ses droits au trône. Une nouvelle controverse survint, deux ans plus tard, lors du mariage de la princesse héritière Beatrix avec Claus von Amsberg, un diplomate allemand, ancien membre des Jeunesses hitlériennes. La cérémonie de mariage donna lieu à des scènes d'émeute à Amsterdam dans un contexte où le sentiment républicain montait dans une partie de l'opinion et où la contestation s'en prenait à tous les symboles de la tradition et de l'autorité.

Une dernière épreuve attendait la reine avec « l'affaire Lockheed », en 1976, qui impliqua le prince Bernhard dans une histoire de pots de vin qu'il aurait reçus de l'avionneur américain pour favoriser l'obtention de marchés militaires aux Pays-Bas. Moyennant l'abandon des poursuites pénales, Bernhard dut renoncer à toutes ses fonctions civiles et militaires.

La reine estima en 1980 qu'il était temps d'abdiquer en faveur de sa fille Beatrix, tout en poursuivant son action caritative. Atteinte de la maladie d'Alzheimer, elle se retire complètement de la scène publique à partir de 1995, et vit recluse au palais de Soestdijk, jusqu'à sa mort, le 20 mars 2004. Le prince Bernhard décède en décembre.

Si bien des questions demeurent ouvertes dans un pays où le secret entoure l'influence politique réelle du monarque, constitutionnellement irresponsable, force est de constater que Juliana a su relever les grands défis de son règne. La succession au trône est solidement assurée et la reine a su gérer le passage de la monarchie à l'ère médiatique, réduisa [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, professeur agrégé à l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  JULIANA (1909-2004) reine des Pays-Bas (1948-1980)  » est également traité dans :

BEATRIX ou BÉATRICE Ire (1938- ), reine des Pays-Bas (1980- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 229 mots
  •  • 1 média

Reine des Pays-Bas de 1980 à 2013. Née le 31 janvier 1938 à Soestdijk, Beatrix Wilhelmina Armgard est l'aînée des quatre filles de la princesse – puis reine – Juliana et de Bernhard de Lippe-Biesterfeld. Elle suit sa famille en exil au Canada et au Royaume-Uni après l'invasion des Pays-Bas par l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Lorsque Juliana accède au trône en 1948, Beatrix devient […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christophe DE VOOGD, « JULIANA (1909-2004) - reine des Pays-Bas (1948-1980) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/juliana/