HUXLEY JULIAN SORELL (1887-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Biologiste, écrivain et philosophe anglais, sir Julian Sorell Huxley faisait partie d'une illustre famille : son grand-père était Thomas Henry Huxley, l'ami et le collaborateur de Charles Darwin, et il était le frère de l'écrivain Aldous Huxley. Il reçut sa formation scientifique au Balliol College, à Oxford, où il fut, de 1910 à 1912, maître de conférences. Il poursuivit une carrière de zoologiste, comme associé de recherche (1912-1913), puis assistant (1913-1916) au Rice Institute, à Houston (Texas), comme fellow et senior demonstrator du New College d'Oxford (1919-1925), comme professeur à la Royal Institution et au King's College de Londres (1925-1935). Son activité scientifique ne se borna pas à la recherche ni à l'enseignement ; il fut, en effet, réalisateur de plusieurs films zoologiques, dont l'un reçut un oscar en 1934, dirigea le département de biologie pour la 14e édition de l'Encyclopædia Britannica, prit part à des expéditions scientifiques et publia un grand nombre d'ouvrages et d'articles. Élu membre de la Royal Society en 1938, il fut anobli en 1958 et reçut de nombreuses décorations et médailles, en particulier celle de chevalier de l'Arche d'or (Pays-Bas). De 1946 à 1948, il fut directeur général de l'U.N.E.S.C.O., poste qu'il a été le premier à occuper. Il s'intéressa beaucoup aux parcs naturels, aux jardins zoologiques et participa à plusieurs expéditions, notamment au Spitzberg en 1921 et en Jordanie en 1963.

Julian Sorell Huxley

Photographie : Julian Sorell Huxley

Le biologiste, écrivain et philosophe britannique Julian Sorell Huxley (1887-1975), en compagnie de Edward Hulton, patron de presse, au centre, en 1941. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La pensée et l'œuvre de Julian Huxley ont été guidées de façon constante par l'idée de l'évolution : évolution des espèces par la sélection naturelle, mais aussi évolution dans le domaine de la pensée humaine. Il a ainsi voulu étendre l'explication évolutionniste aux domaines social, éthique et même religieux, cherchant, toute sa vie, à réunir dans un humanisme total l'ensemble des formes de la pensée. À partir de 1949, il a été l'un des principaux promoteurs de l'Histoire du développement culturel et scientifique de l'humanité (6 vol.) publiée sous les auspices de l'U.N.E.S.C.O. et achevée en 1969. Le simple examen des titres de ses ouvrages – il en a publié, seul ou en collaboration, plus de quarante – fait apparaître les lignes directrices de sa pensée sociale et philosophique depuis The Individual in the Animal Kingdom (1911, L'Individu dans le règne animal), Religion without Revelation (1927, Religion sans révélation), What Dare I Think ? (1931, Ce que j'ose penser), Scientific Research and Social Needs (1934, Recherche scientifique et besoins sociaux), suivi de If I Were Dictator (Si j'étais dictateur). Dans le même temps, comme ouvrages proprement scientifiques, il publiait notamment The Science of Life (1929, La Science de la vie), Animal Biology (1927, Biologie animale), The Living Thoughts of Darwin (1939, La Pensée vivante de Darwin). Après 1940, les titres serrent de plus près encore le leitmotiv de Julian Huxley : Evolution. The Modern Synthesis (1942, Évolution. La synthèse moderne), Evolutionary Ethics (1943, Éthique évolutionniste), Evolution in Action (1952, Évolution en action), Evolution as a Process (1953, Le Processus évolutionniste). Cette correspondance entre le mouvement de la pensée d'un auteur et les titres de ses œuvres principales souligne le fait que la personnalité intellectuelle et morale de Julian Huxley a conservé une étonnante unité à travers les différentes circonstances de sa vie, en particulier jusque dans l'exercice de ses activités sociales, nationales et internationales.

Un des aspects majeurs de la pensée de Julian Huxley tenait à la confiance totale qu'il avait dans la méthode scientifique pour faire l'analyse et arriver à la compréhension des phénomènes naturels, humains et sociaux. Sa confiance s'étendait aux directives que la science pouvait, selon lui, prescrire ou suggérer dans le domaine de l'action. Ainsi, ses qualités d'homme de science fournissaient des moyens d'expression à son attitude morale, celle d'un homme sensible aux besoins de ses frères dans le monde entier. Soucieux de communiquer ses connaissances et ses idées, souvent audacieuses mais toujours solidement fondées, il devint un très bon vulgarisateur, qualité qui lui valut le prix Kalinga de l'U.N.E.S.C.O. (1953).

Le biologiste qui étudia les protozoaires et les oiseaux, le maître qui enseigna l'embryologie, le chercheur hautement spécialisé qui s'in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie, ancien directeur des sciences à l'U.N.E.S.C.O.

Classification

Autres références

«  HUXLEY JULIAN SORELL (1887-1975)  » est également traité dans :

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 816 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des questions nouvelles  »  : […] Voici deux ensembles de questions nouvelles associées à des avancées techno-scientifiques et à des mutations sociales en cours. Le premier gravite autour des TIC, de l’intelligence artificielle (IA), de la robotique et de la révolution numérique et algorithmique en général. Le second concerne la médecine d’amélioration et le transhumanisme. L’un et l’autre ont retenu l’attention de comités de hau […] Lire la suite

U.I.C.N (UNION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DE LA NATURE)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 258 mots

Dénommée tout d'abord Union internationale pour la protection de la nature (U.I.P.N.), puis Union internationale pour la conservation de la nature (U.I.C.N.), cette organisation a vu le jour au terme d'une longue maturation. En effet, dès 1910, le médecin Paul Sarasin, de Bâle, propose au VIII e  Congrès international de zoologie à Graz (Autriche) la création d'une Commission internationale pour l […] Lire la suite

WORLD WILDLIFE FUND (W.W.F.), FONDS MONDIAL POUR LA NATURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RAFFIN
  •  • 201 mots
  •  • 1 média

C'est, pour bonne part, à sir Julian Huxley, naturaliste britannique renommé et premier directeur général de l'U.N.E.S.C.O., que l'on doit la création du World Wildlife Fund (W.W.F., Fonds mondial pour la nature), rebaptisé ensuite World Wide Fund for Nature. À l'issue d'un voyage en Afrique de l'Est en 1960, Huxley publie une série d'articles sur la faune africaine menacée et prend contact avec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre AUGER, « HUXLEY JULIAN SORELL - (1887-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/julian-sorell-huxley/