MUÑOZ JUAN (1953-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Madrid en 1953, Juan Muñoz, le « conteur d'histoires » de la sculpture ibérique, est mort à Ibiza le 28 août 2001. Il laisse un œuvre fort différent de celui des autres grands sculpteurs de la péninsule, Oteixa ou Chillida. Au travail sur le matériau du premier, à la force rythmée des constructions spatiales du second, le Madrilène préfère puiser à la source espagnole de Zurbarán ou de Velázquez, des rêveries de la cour et du baroque. Depuis sa première exposition personnelle à la galerie madrilène Fernando Vijande en 1984, Juan Muñoz avait fait à grands pas une carrière internationale : Aperto 86 à Venise, Chambres d'amis à Gand (1986), rétrospective à l'I.V.A.M. (Valencia) en 1992, exposition itinérante en Europe initiée au musée Reina Sofia (Madrid) en 1996. Il était connu en France par les expositions du Capc de Bordeaux (1987), du Carré d'art de Nîmes (1994) et de la biennale d'art contemporain de Lyon (1997). Muñoz disparaît au moment où un de ses „sols“ immenses traversé par des ascenseurs est visible dans le hall de la Tate Modern de Londres et où Washington lui consacre une rétrospective. Il avait reçu en 2000 le grand prix national des arts en Espagne.

Pour Muñoz, la sculpture est d'abord un lieu ordinaire : un balcon, un escalier en colimaçon, un sol au décor géométrique ; le sol est „lieu de transit. Un passage entre la figure et le néant, ou peut-être de nouveau la figure“. L'insistance sur le vide, comme dans les extraordinaires raincoat drawings – dessins d'intérieurs bourgeois avec images au mur, souvent en rupture avec l'ambiance, comme celle de soufis tournant – en fait un lieu propice aux apparitions, mais aucune image n'est imposée, à la différence de la peinture surréaliste. Logé dans le trou du souffleur, un nain de bronze attend. Comme chez l’architecte italien Borromini, sur lequel Muñoz a écrit, la rigueur du compas dresse le lieu de l'illusion possible, de l'événement qu'est l'entrée de la lumière, métaphore de l'épiphanie. Intitulé à la manière anglaise – Muñoz a fait en 1979-1980 une partie de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Pour citer l’article

Thierry DUFRÊNE, « MUÑOZ JUAN - (1953-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-munoz/