MÁRMOL JOSÉ (1817-1871)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pendant la dictature de Rosas, Mármol est, en Argentine, le porte-parole des opposants et des proscrits. En 1839, il est emprisonné à cause de ses opinions politiques, puis il doit quitter l'Argentine ; la plupart de ses œuvres datent de ces années d'exil pendant lesquelles il voyage à travers l'Amérique du Sud. En 1851, il publie un recueil de poèmes, Armonías, et la première partie de son célèbre roman, Amalia, qui reparaîtra en 1853 augmenté d'une seconde partie où sont utilisés des documents saisis lors de la chute du dictateur. Si ce roman — le premier de la littérature argentine — conte les amours d'une jeune fille et d'un unitaire persécuté, le véritable thème en est la peinture et la dénonciation des mœurs policières et des multiples horreurs engendrées par la dictature de Rosas. Mármol attaque également le régime avec une grande vigueur. Après la chute de Rosas, en 1852, Mármol rentre en Argentine où il est accueilli comme un héros national. Il devient alors sénateur et directeur de la Bibliothèque nationale jusqu'à sa mort.

Les critiques contemporains considèrent que les œuvres de Mármol ont plus d'intérêt historique que de valeur littéraire ; elles n'en eurent pas moins beaucoup de retentissement et exercèrent une grande influence sur le roman réaliste en Amérique latine de langue espagnole.

—  Universalis

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Classification

Autres références

«  MÁRMOL JOSÉ (1817-1871)  » est également traité dans :

AMÉRIQUE LATINE - Littérature hispano-américaine

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN, 
  • Michel BERVEILLER, 
  • François DELPRAT, 
  • Jean-Marie SAINT-LU
  •  • 16 294 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La naissance du roman »  : […] Le roman n'est apparu en Amérique latine que vers le milieu du xix e  siècle. Espagnol, étranger ou local, ce genre y fut quasiment inconnu pendant toute l'ère coloniale. Le fait s'explique en partie par certaines ordonnances royales qui prohibaient aux Indes occidentales l'introduction – a fortiori la production – des ouvrages de fiction, soupçonnés de corrompre l'esprit et les mœurs des natifs ( […] Lire la suite

Pour citer l’article

« MÁRMOL JOSÉ - (1817-1871) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-marmol/