Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OCTOBRE 1789 JOURNÉES DES 5 & 6

Les journées d'octobre 1789 marquent un tournant dans l'histoire de la Révolution en laissant présager la chute de la monarchie. À l'issue de ces journées, en effet, le roi s'est retrouvé prisonnier de Paris. L'opinion avait manifesté son inquiétude devant le retard apporté par Louis XVI à la ratification des résolutions prises par l'assemblée dans la nuit du 4 août qui avait vu disparaître la féodalité. L'arrivée de deux régiments à Versailles ne semblait-elle pas annoncer une réaction ? Les rumeurs les plus folles continuaient à courir, favorisées par la longueur des attentes aux portes des boulangeries. La disette était la cause essentielle de l'agitation des esprits, mais il est certain que des meneurs à la solde du duc d'Orléans, désireux de se substituer à Louis XVI, ont cherché à exploiter le mécontentement.

La nouvelle d'un banquet offert le 1er octobre à Versailles aux régiments nouvellement arrivés, et où la cocarde tricolore aurait été foulée aux pieds, suffit à mettre le feu aux poudres. Le 5 octobre dans la matinée, sept à huit mille femmes se mettent en route pour Versailles dans l'intention d'aller « chercher du pain ». Des chômeurs se joignent au cortège. Disposant de troupes sûres, le roi aurait pu faire arrêter l'émeute. Sur le conseil de Necker, il laisse la foule envahir l'Assemblée et bivouaquer devant le château. Au matin du 6, des gardes du corps sont assassinés et les émeutiers pénètrent jusque dans les appartements royaux. Pour apaiser la fureur des manifestants, Louis XVI accepte de venir à Paris avec sa famille. Au terme d'un voyage de neuf heures pour couvrir la distance de Versailles à Paris, il s'installe aux Tuileries. Dix jours plus tard, l'Assemblée décide de venir le rejoindre en faisant de la salle du Manège le lieu de ses séances.

Désormais le roi et l'Assemblée sont prisonniers de la capitale, et c'est le peuple de Paris qui dirige la Révolution.

— Jean TULARD

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • RÉVOLUTION FRANÇAISE

    • Écrit par Jean-Clément MARTIN, Marc THIVOLET
    • 29 554 mots
    • 3 médias
    ...hésitations des modérés et du roi devant ces propositions, la force des mouvements contre-révolutionnaires à la cour et dans l'entourage de la reine, enfin les effets de la crise économique sont à l'origine d'une marche, les 5 et 6 octobre, dans laquelle les femmes parisiennes se distinguent. L'émeute, qui traduit...

Voir aussi