JOSEPH HA-COHEN D'AVIGNON (1496-1578)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le plus doué des trois grands historiens juifs de la Renaissance originaires de la péninsule Ibérique, les deux autres étant Salomon ibn Verga et Samuel Usque. Joseph ha-Cohen naquit à Avignon d'une famille espagnole venue de Huete après l'expulsion de 1492. Ses parents s'établirent sur le territoire de Gênes, peut-être à Novi, en 1501, avant de s'installer à Gênes en 1509 environ. Il reçut une éducation juive et profane de qualité et fit ses études médicales, sur lesquelles on n'a pas de renseignements. L'expulsion des Juifs de Gênes le conduisit de nouveau à Novi, où il épousa, à l'âge de vingt et un ans, Paloma, fille de l'éminent rabbin bolognais Abraham Cohen. Après des séjours dans diverses villes, il entra comme médecin au service de la municipalité de Voltaggio, poste qu'il occupa de 1550 à 1567 : c'est à Voltaggio que Joseph ha-Cohen écrivit ses grandes fresques historiques. Il lui fallut ensuite quitter Voltaggio pour Castel Montferrat, puis pour Gênes. On ne sait exactement où ni à quelle date il mourut : une dernière note de sa main porte la date du 26 ḥeswan 5337 (19 oct. 1576). Un ensemble de lettres conservées à la bibliothèque de l'Alliance israélite universelle nous fait connaître divers aspects de sa vie familiale. On sait, par ailleurs, qu'il s'occupa à plusieurs reprises du rachat de Juifs capturés en Méditerranée par des corsaires (dont Andrea Doria).

La vaste culture de Joseph ha-Cohen se révèle tant dans ses traductions que dans ses écrits non historiques. Parmi les premières figurent le Meṣīb Gebūlōt ‘Amim, qui contient une version hébraïque de l'ouvrage de Boemus Omnium Gentium Mores Leges et Ritus, géographie de l'Ancien Monde ; le Sefer ha-India we Sefer Fernando Cortès, comprenant une version de l'Historia general de las Indias et de La Conquista de Mexico de Francisco López de Gómara, histoire et géographie du Nouveau Monde ; le Meqiṣ Nirdamim, version d'un traité médical de Méir Alguadez. Parmi la seconde série d'écrits de Joseph ha-Cohen, on peut citer : le Pélès ha Šemot, traité de ph [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « JOSEPH HA-COHEN D'AVIGNON (1496-1578) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-ha-cohen-d-avignon/