ŠKVORECKY JOSEF (1924-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrivain tchèque, Josef Škvorecký est originaire de la Bohême du Nord-Est. Il fait ses études universitaires (anglais, philosophie) à Prague, puis travaille dans la maison d'édition d'État, et collabore à des revues littéraires. Son premier roman, Zbabělci, 1958 (Les Lâches), écrit dix ans auparavant, fait sensation par son non-conformisme : avec ironie, en utilisant la langue populaire et l'argot des jeunes, Škvorecký raconte la libération de sa ville par l'Armée rouge en 1945. Accusé de « cynisme » par les tenants du réalisme socialiste, le livre est vite retiré des librairies, mais le jeune anti-héros, l'autobiographique amateur de jazz, Danny, ne disparaîtra que pour un temps.

Spécialiste des littérature anglaise et, surtout, américaine, Škvorecký traduit Hemingway, Fitzgerald, Faulkner, James, ..., et refait surface, à la faveur du nouveau « dégel », avec une belle nouvelle sur l'amour détruit par la médiocrité, Legenda Emöke, 1963 (La Légende d'Emöke), un cycle de récits des tragédies juives sous l'Occupation, Sedmiramenný svícen, 1964 (Le Chandelier à sept branches), une admirable nouvelle sur la passion du jazz, Bassaxofon, 1967 (Le Saxophone basse). Les romans Konec nylonového věku (La Fin de l'âge de nylon), écrit en 1950, édité en 1968, sur la jeunesse dorée pragoise tombée brusquement sous la coupe du régime de 1948, et Lvíče, 1969 (Le Lionceau), qui mêle amour, censure et intrigue policière, sont les derniers à être publiés à Prague. La fin du Printemps de Prague entraîne la mise au pilon de sa satire irrévérencieuse de l'expérience de Danny dans l'armée « populaire » — réplique du Chveok de Hašek — Tankový prapor (L'Escadron blindé). Cet ouvrage parut d'abord en français à Paris, puis en tchèque (1971) à Toronto où, exilé, Škvorecký fonde, avec sa femme Zdena Salivarová — née en 1933, auteur de sensibles récits sur la vie de jeunes gens sous le socialisme —, une maison d'édition tchèque.

L'art du narrateur de Josef Škvorecký s'épanouit en liberté dans plusieurs romans : Mirákl, 1972 (Miracle en Bohême), embrasse la période qui culmine en 1968 ; Prima s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : chargé de cours (littérature tchèque, littérature comparée) à l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  SKVORECKY JOSEF (1924-2012)  » est également traité dans :

TCHÈQUE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jaroslav BLAHA, 
  • Marie-Elizabeth DUCREUX, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Vladimir PESKA
  •  • 18 245 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Entre l'Occident et l'Est »  : […] La prise du pouvoir par les communistes en février 1948 réduit une littérature pluraliste à un instrument d'éducation du peuple pour une société « socialiste », coupée d'un Occident « condamné par l'histoire ». Ce cours dogmatique brutal (1948-1953) laisse place à un relatif dégel (1953-1958) qui, insuffisamment jugulé, débouche sur la libéralisation et le Printemps de Prague (1963-1968). L'occupa […] Lire la suite

Pour citer l’article

Vladimir PESKA, « ŠKVORECKY JOSEF - (1924-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-skvorecky/