FERREIRA DE CASTRO JOSÉ MARIA (1898-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Romancier portugais dont l'œuvre abondante dénonce avec générosité la condition misérable des exploités et s'inspire avec réalisme des souvenirs d'une expérience mouvementée. Né dans un petit village du nord du Portugal, Salgueiros, d'une famille très pauvre, José Maria Ferreira de Castro part, dès l'âge de douze ans, pour le Brésil et travaille quelques années dans des conditions très dures comme seringueiro (résinier) dans une exploitation de caoutchouc sur les rives du rio Madeira. C'est dans la forêt qu'il écrit son premier roman, Criminoso por ambição.

Après avoir exercé plusieurs métiers à Belém, il se lance dans le journalisme. À vingt et un ans, il se fixe à Lisbonne où, malgré la misère, il continue avec acharnement d'écrire pour les journaux ; il fonde quelques revues, fait éditer quelques ouvrages. Dans les années de l'après-guerre ses œuvres se multiplient : O Êxito facil, Sangue negro (1923), Le Pèlerin du Nouveau Monde (O Peregrino do mundo novo, 1926), O Vôo nas trevas (1927), A Casa dos móveis dourados (1927), A Epopeia do trabalho (1926).

À la révolte et au style imagé de la première période succède une attitude plus objective et plus fraternelle. Emigrantes (1928) lui donne une renommée internationale. Puis, en 1930, il publie son second chef-d'œuvre, un autre roman en grande partie autobiographique lui aussi, Forêt vierge (A Selva), auquel il doit une gloire mondiale et qui sera traduit en français par Blaise Cendrars. Il y décrit « ces fleuves de l'Amazonie aux richesses légendaires sur les rives perdues desquelles des hommes, isolés du monde civilisé, trimaient comme des bagnards pour la conquête de cet or maudit, l'or noir, la sève des caoutchoutiers... » D'autres romans suivent, affirmant un talent maîtrisé au style plus souple, au vocabulaire plus riche et nuancé : Eternidade (1933), Terre froide (Terra fria, 1934), A Lã e neve (1947), traduit en français sous le titre Les Brebis du Seigneur. De ses nombreux voyages en compagnie de son épouse Elena Muriel, une artiste peintre espagnole, Ferreira de Cas [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  FERREIRA DE CASTRO JOSÉ MARIA (1898-1974)  » est également traité dans :

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Tendances de la littérature contemporaine »  : […] Le xx e siècle littéraire commence avec le mouvement qui se déclenche, vers 1915, à partir de la revue Orfeu , et auquel sont liés les noms de Fernando Pessoa , Mário de Sá Carneiro et Almada Negreiros. Orfeu constitue le moment le plus intensément révolutionnaire de la littérature portugaise du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_22387

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « FERREIRA DE CASTRO JOSÉ MARIA - (1898-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-maria-ferreira-de-castro/