SEMPRUN JORGE (1923-2011)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie de Jorge Semprun fut tout entière engagée dans l'action. Acteur et témoin des bouleversements majeurs du monde depuis les années 1930, il a composé une œuvre ardente et dense, qui, à partir de l'évocation de souvenirs autobiographiques, se voudrait une interrogation sur la place de l'individu dans l'Histoire. Ses récits, romans et essais reconstituent, à la façon d'un puzzle, un itinéraire qui va de la jeunesse d'un exilé espagnol à Paris, jusqu'à son entrée comme ministre dans le gouvernement de Felipe Gonzales, en passant par la lutte contre le franquisme, l'adhésion au Parti communiste espagnol, le camp de concentration de Buchenwald et la Résistance.

Né le 10 décembre 1923, à Madrid, dans une famille espagnole républicaine appartenant à la grande bourgeoisie castillane, Jorge Semprun est le fils d'un diplomate chassé d'Espagne par Franco. Installé à Paris, il découvre la langue française en « clandestin de la vie » (L'Algarabie, 1981) et poursuit des études au lycée Henri-IV. Il racontera dans Adieu vive clarté (1998) comment il parcourt Paris, un Baedecker et les œuvres de Baudelaire sous le bras. Sa fréquentation de l'intelligentsia française et sa passion pour la poésie se prolongent dans l'action politique au côté du Parti communiste espagnol en exil : il y adhère en 1942, après avoir rejoint les F.T.P. dès 1941. Dénoncé en 1943, il est arrêté par la Gestapo et envoyé à Buchenwald où il reste seize mois. Le Grand Voyage (1963) refait le trajet vers le camp de la mort où il retrouve Henri Maspéro et surtout Maurice Halbwachs, son professeur de philosophie et maître à penser, qui mourra dans ses bras à quelques semaines de la libération des camps (Le Mort qu'il faut, 2001). L'expérience concentrationnaire fut un traumatisme dans la vie de Semprun. Il commença par n'en point parler – il s'en explique dans L'Écriture ou la vie (1994) – avant d'en faire le centre de sa réflexion philosophique. L'Autobiographie de Federico Sanchez (1977) évoque ainsi les années d'après guerre, quand il coordonne pour le bureau politique du P.C.E. les activités antifranquistes. Il se fait exclure du parti en 1964-1965 au cours d'un procès en révisionnisme, animé notamment par la légendaire « Pasionaria », Dolorès Ibaruri, qui lui reproche ses origines de classe et son esprit capitulard. Il s'intéresse alors au cinéma et devient le scénariste de plusieurs films à portée didactique en travaillant avec Alain Resnais pour La guerre est finie (1966) et Stavisky (1974), ou Costa-Gavras pour Z (1969) et L'Aveu (1970). Ministre de la Culture du gouvernement de Felipe Gonzalez de 1988 à 1991, élu à l'académie Goncourt en 1996, il partage ses activités entre les préfaces de livres sur les camps, la participation à un manuel d'espagnol pour l'enseignement secondaire, l'écriture de cinéma, la publication avec Jean-Baptiste Para d'une belle Anthologie de la poésie française du XXe siècle, etc. La publication de L'Écriture ou la vie en 1994 le conduisit vers les plateaux de télévision et dans les universités pour débattre de la dérive diabolique de la philosophie des Lumières vers le Mal absolu que furent Auschwitz ou la Kolyma.

Le destin de Semprun fut de se chercher un destin. Après l'action politique directe, il s'imposa une morale de l'ambiguïté fondée sur un nécessaire « travail de deuil » qui maîtriserait le passé tout en élaborant « les principes d'un avenir européen » qui permît « d'éviter les erreurs du passé » (Mal et modernité, 1995). Ardent dans la lutte, viscéralement antifasciste et défenseur passionné des droits imprescriptibles de la personne humaine, l'auteur a voulu choisir la vie, voire la survie – et non l'écriture – quand les situations historiques l'imposaient. Ses livres revêtent dès lors un statut paradoxal. En brouillant les chronologies au sein d'un même ouvrage pour rapporter des souvenirs empruntés à des ensembles historiques très différents, Semprun développe un propos parfois mal visible au-delà de la dénonciation salutaire des camps nazis et soviétiques (Se taire est impossible, avec Elie Wiesel, 1995). Que pourra conserver le lecteur de demain d'une œuvre tellement chevillée à l'événement et au compte-rendu autobiographique ? Comprendra-t-il le bien-fondé des revirements, le pacte passé avec la social-démocratie après de longues années de stalinisme conscient ? Le long silence sur les camps suivi d'une prise de parole fortement médiatisée ? Jorge Semprun lui-même a mis en scène les virtualités de son personnag [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SEMPRUN JORGE (1923-2011)  » est également traité dans :

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'écriture ou la mort : romanciers rescapés »  : […] D'une manière ou d'une autre, il lui faut coller au réel de la cache, du ghetto, du camp. Chaque détail renvoie à la globalité de l'acte d'anéantissement, à ses rituels de mise à mort brutale ou lente. Beaucoup d'écrivains, sinon tous, dressent l'inventaire de ces Jours de notre mort , 1997 (David Rousset), de cette nuit qui fut La Nuit (E. Wiesel, 1958), embrasée par les torchères des crématoire […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « SEMPRUN JORGE - (1923-2011) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-semprun/