McCAIN JOHN (1936-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique américain, John McCain a été membre de la Chambre des représentants (1983-1987) puis du Sénat (de 1987 à 2018) des États-Unis. Il fut le candidat officiel du Parti républicain à l'élection présidentielle du 4 novembre 2008, face au candidat démocrate Barack Obama.

Fils et petit-fils d'amiral, John Sidney McCain III naît le 29 août 1936 sur la base militaire américaine de Coco Solo, dans la zone du canal de Panamá. Diplômé de l'Académie navale d'Annapolis en 1958, il sert ensuite comme pilote dans la marine. En 1967, pendant la guerre du Vietnam, son avion est abattu au-dessus de Hanoi et il est fait prisonnier par les Nord-Vietnamiens. Torturé et placé en isolement pendant des années, il ne sera libéré qu'en 1973. Décoré à plusieurs reprises pour les services rendus à la nation, il quitte la marine en 1981. Divorcé en 1979 de sa première femme, McCain épouse en 1980 Cindy Lou Hensley, riche héritière du distributeur de bière Hensley.

Après avoir fait son entrée en politique dans l'État d'Arizona, John McCain est élu, en 1982, à la Chambre des représentants. Après deux mandats, il parvient à remporter un siège au Sénat en 1986 ; il y sera régulièrement réélu ensuite. En 1989, il est impliqué dans un scandale politico-financier connu sous le nom de Keating Five (accusé de corruption avec quatre autres sénateurs dans une affaire de caisses d'épargne). Malgré son expérience au Vietnam, McCain demande, avec le sénateur démocrate John Kerry, le rétablissement des relations diplomatiques avec ce pays. En 1995, il applaudit le président démocrate Bill Clinton qui a ouvert une ambassade américaine à Hanoi, bien que les républicains se soient opposés à cette décision.

En 2000, McCain se présente comme candidat à l'investiture du Parti républicain pour l'élection présidentielle. Bien qu'il remporte les premières primaires organisées dans le pays, au New Hampshire, il est rapidement distancé par George W. Bush, qui est finalement choisi comme le candidat du parti. Il s'éloigne alors du devant de la scène politique.

Cet électron libre au sein du Parti républicain se démarque des chefs de file sur des sujets comme la réforme du financement des campagnes électorales. En 2002, la loi dite Bipartisan Campaign Reform Act, soutenue par McCain et le sénateur démocrate Russell Feingold, est votée. Il demande également l'adoption d'une déclaration des droits des patients, se déclare favorable à la législation encadrant l'industrie du tabac, refuse les baisses d'impôts décidées par le président Bush, et surtout, il refuse d'amender la Constitution pour y inscrire les valeurs traditionnelles de la droite religieuse (interdiction de l'avortement et du mariage homosexuel) et se place aux côtés des démocrates sur la question de l'immigration en prônant le renforcement des contrôles aux frontières et la régularisation des clandestins. Il demeure, toutefois, un porte-parole influent des positions « ultras » du parti dans de nombreux autres domaines, comme en témoigne son soutien indéfectible à la guerre en Irak. Spécialiste des questions internationales et de défense, il a réclamé le renforcement des troupes militaires dans ce pays, qu'il obtient en janvier 2007. Même s'il s'est aliéné une partie de son camp en déposant un amendement contre la torture et s'il prend ses distances avec le gouvernement Bush après les scandales de Guantanamo et d'Abou Ghraib, il reste dans la ligne adoptée par l'administration Bush en préconisant des sanctions sévères contre l'Iran, un durcissement des relations avec la Russie, et la création d'une Ligue des démocraties qui se substituerait aux Nations unies quand les États-Unis et leurs alliés l'estimeraient nécessaire.

En février 2007, McCain annonçait sa nouvelle candidature à l'investiture du Parti républicain pour l'élection présidentielle de novembre 2008. Malgré quelques faux pas initiaux qui l'amenèrent à revoir sa campagne et le placèrent en quatrième position lors des primaires de l'Iowa, McCain rebondit en remportant un avantage décisif lors des primaires du New Hampshire. Le soutien massif qu'il reçoit le 5 février 2008, lors du Super Tuesday – jour où le plus grand nombre d'États votent simultanément –, lui donne une large avance sur les autres candidats républicains tels que Mitt Romney et Mike Huckabee. Il obtient, dès lors, l'appui tacite du président Bush et s'assure l'investiture grâce aux victoires remportées lors des primaires du 4 mars 2008.

Il est désigné officiellement lors de la convention républicaine de Saint Paul (Minnesota), au début de septembre. Il choisit comme colistière Sarah Palin, gouverneur de l'Alaska. Celle-ci, inconnue du grand public avant sa nomination, a pour rôle de mobiliser la droite conservatrice et religieuse. Malgré une brève remontée dans les sondages en septembre, John McCain ne parvient pas à s'imposer face à Barack Obama, auquel il rendra hommage, en saluant le moment historique que représente cette élection pour les États-Unis.

À la fin de sa vie, il fut l’un des critiques les plus virulents du président Donald Trump. John McCain est mort le 25 août 2018 à Cornville, dans l’Arizona.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Les derniers événements

1er-20 décembre 2008 États-Unis. Nominations dans la future administration Obama

John McCain, sera à la Maison-Blanche le prochain conseiller à la Sécurité nationale. Le 3, Barack Obama nomme au poste de secrétaire au Commerce le gouverneur du Nouveau-Mexique d'origine hispanique Bill Richardson, ancien ambassadeur auprès de l'O.N.U. et ancien candidat à l'investiture démocrate en vue de l'élection présidentielle. Le 7, il nomme […] Lire la suite

4-26 novembre 2008 États-Unis. Élection de Barack Obama à la présidence

John McCain, et 52,9 p. 100 du vote populaire contre 45,7 p. 100. Le sénateur démocrate de l'Illinois et son colistier Joe Biden l'emportent dans vingt-neuf États sur cinquante et un, soit neuf États de plus que John Kerry et John Edwards en novembre 2004: la Floride, l'Ohio, la Caroline du Nord, la Virginie, l'Indiana, le Colorado, l'Iowa, le Nouveau-Mexique […] Lire la suite

7-30 septembre 2008 États-Unis. Plan de sauvetage du secteur bancaire et internationalisation de la crise financière

John McCain et Barack Obama, approuvent l'opération. Le 15, Lehman Brothers, cinquième banque d'investissements américaine, se place sous la protection de la loi sur les faillites. Faute d'une aide fédérale comparable à celle que l'État américain avait consentie à la banque J. P. Morgan en mars pour le rachat de la Bear Stearns, aucun repreneur n'est […] Lire la suite

1er-4 septembre 2008 États-Unis. Convention républicaine en vue de l'élection présidentielle

John McCain, à réduire l'ampleur de la manifestation, à laquelle le président George W. Bush et le vice-président Dick Cheney renoncent à se rendre. Lui-même va au Mississippi superviser l'organisation des secours et appelle ses sympathisants à rassembler des fonds pour les victimes. Le 3, John McCain est officiellement désigné comme candidat de son […] Lire la suite

23-29 août 2008 États-Unis. Convention démocrate en vue de l'élection présidentielle

John McCain, annonce que Sarah Palin, quarante-quatre ans, gouverneur de l'Alaska depuis 2006, sera sa colistière.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

« McCAIN JOHN - (1936-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/john-mccain/