HUNT JOHN HENRY LEIGH (1784-1859)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poète et journaliste, polygraphe, ardent controversiste, l'écrivain anglais Leigh Hunt demeure sans doute une figure de second plan, mais sympathique. Ami courageux des jeunes poètes et prosateurs dont il découvre le génie contesté, il accueille leurs œuvres et s'en fait le champion ; il leur donne place dans Lord Byron and Some of His Contemporaries, with Recollections of the Author's Life and His Visit to Italy (1828) et surtout dans ce qui est son chef-d'œuvre, les trois volumes de Autobiography (1850). Son libéralisme démocratique l'entraîne à vitupérer, dans The Examiner, fondé par son frère et dirigé par lui, le prince régent, futur George IV, ce qui entraîne leur incarcération de 1813 à 1815, mais à l'hôpital de la prison, avec livres, piano, loisirs. L'année 1816 est marquée par la publication de son poème sur Paolo et Francesca, The Story of Rimini, et sa rencontre avec John Keats sur qui il exerce une influence fâcheuse, car les dons de poète, créateur ou traducteur de Leigh Hunt ne sont pas à la mesure de son talent critique, si l'on ne tient toutefois pas compte de ce véritable petit chef-d'œuvre qu'est Abou ben Adhem. Ses innombrables essais familiers, écrits d'une plume agréable et publiés dans le magazine hebdomadaire The Indicator, ne peuvent en aucun cas rivaliser avec ceux de Charles Lamb et de William Hazlitt ; ils rappellent Richard Steele et Oliver Goldsmith, et de ce fait manquent d'originalité.

—  Louis BONNEROT

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  HUNT JOHN HENRY LEIGH (1784-1859)  » est également traité dans :

KEATS JOHN (1795-1821)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 3 571 mots

Dans le chapitre « Des brumes de Londres à la lumière hellénique »  : […] À la différence de ses deux aînés, Wordsworth et Coleridge, qui appartenaient à la classe bourgeoise et venaient de l'Angleterre provinciale, de Byron et de Shelley, tous deux aristocrates, élèves des « public schools », de Cambridge et d'Oxford, John Keats était londonien, pauvre, le fils aîné d'un palefrenier qui mourut en 1804 d'une chute de cheval. Sa mère semble avoir été une femme de caractè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-keats/#i_982

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « HUNT JOHN HENRY LEIGH - (1784-1859) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-henry-leigh-hunt/