BASEDOW JOHANN BERNHARD (1724-1790)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pédagogue allemand Johann Bernhard Basedow (Basedau) naît le 11 septembre 1724 à Hambourg. Très jeune, il se révolte contre la discipline de fer appliquée dans son école et fugue. Devenu domestique chez un médecin qui le presse de reprendre ses études, il entre à l'université de Leipzig en 1744. Élève brillant mais indiscipliné, il refuse d'étudier, rédigeant cependant les devoirs de ses camarades et aidant les étudiants fortunés contre des espèces sonnantes et trébuchantes, ce qui lui permet de financer sa vie dissolue.

En 1749, Basedow devient le précepteur d'un enfant de bonne famille, et c'est alors qu'il commence à inventer des jeux pour accompagner ses leçons. Cela lui vaut une certaine réputation, qui le fait nommer, en 1753, professeur de philosophie à l'Académie danoise de Sorø. Mais, si ses méthodes fascinent les étudiants, son insubordination et son anticléricalisme rebutent ses collègues enseignants. Renvoyé de l'Académie, il décroche un poste similaire au Gymnasium d'Altona, où il peine cette fois-ci à impressionner des élèves issus majoritairement de familles aristocratiques et conservatrices.

En 1774, Basedow met la touche la finale à son ouvrage de référence, le Manuel élémentaire d'éducation, où il présente les grands principes de sa réforme pédagogique. Il promeut des méthodes fondées sur le bon sens, la découverte de la nature, l'éducation physique et les activités manuelles. Il plaide également pour la fin des châtiments corporels et de l'apprentissage par cœur des langues. Il appelle parallèlement à la création d'une école pilote qui formerait les professeurs aux méthodes qu'il propose ; le Philanthropium verra effectivement le jour à Dessau, grâce au soutien financier du prince Léopold III de Anhalt-Dessau. Les résultats obtenus avec ses premiers élèves impressionnent fortement les observateurs, parmi lesquels Kant et Goethe. Alcoolique et instable, Basedow fait cependant fuir progressivement les meilleurs professeurs du Philanthropium et, en 1784, il est contraint de quitter l'école. Il meurt à Magdebourg le 25 juillet 1790.

Les théories de Basedow s'inspirent des écrits de Comenius, Locke et Rousseau. Néanmoins, les méthodes d'éducation qu'il a mises au point marqueront bien plus profondément le monde de l'enseignement que celles de ses maîtres à penser et, au début du xixe siècle, elles deviendront les piliers du système éducatif allemand.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  BASEDOW JOHANN BERNHARD (1724-1790)  » est également traité dans :

AUFKLÄRUNG

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 134 mots

Trop souvent identifiée sommairement à l'« âge des Lumières », l'Aufklärung se laisse mal délimiter et plus mal encore définir : elle peut sembler commencer avec Wolff (mais peut-être, déjà, avec Thomasius) et se terminer avec Kant, qui pourtant semble en marquer l'apogée plutôt que la fin. C'est que la situation culturelle de l'Allemagne du xviii e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aufklarung/#i_92217

Pour citer l’article

« BASEDOW JOHANN BERNHARD - (1724-1790) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-bernhard-basedow/