JEUX OLYMPIQUESLes symboles olympiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le credo olympique

« L'important, c'est de participer » : cette formule éculée, répétée à l'envi à l'occasion des jeux Olympiques ou d'autres événements sportifs – surtout les jours de défaite –, résume de manière réductrice le credo olympique, qui est né en 1908 lors des Jeux de Londres. En effet, ces Jeux de Londres sont l'occasion d'un sévère affrontement sportif entre Américains et Britanniques. En 1907, lors de la session du C.I.O. tenue à La Haye, le comte Eugenio Brunetta d'Usseaux propose qu'un classement officiel soit établi entre les nations, le pays vainqueur recevant une statuette de Pallas Athéna que le comte apportait dans ses bagages. L'idée est retenue.

Les Américains arrivent à Londres pleins d'ambition et de morgue, déclarant qu'ils allaient enlever haut la main le « trophée du Championnat olympique ». Les Britanniques répliquent à leur manière, qui ne met guère en valeur leur fair-play, lequel, on le sait, est bien plus légendaire que réel : ils établissent eux-mêmes les règles, désignent les juges – tous britanniques –, édictent que les éventuelles plaintes seront examinées par un jury d'honneur nommé par le British Olympic Council (B.O.C.). Dès la cérémonie d'ouverture, le 13 juillet, l'antagonisme américano-britannique éclate au grand jour : pour la première fois, les athlètes de chaque pays défilent derrière leur drapeau national ; Ralph Rose, le porte-drapeau de la délégation des États-Unis, refuse de baisser, comme le voudrait le protocole, le Stars and Stripes en passant devant le roi Édouard VII.

Dès le début des compétitions, les récriminations américaines se multiplient : les Américains contestent pêle-mêle le règlement du saut à la perche, le système de classement retenu pour le « trophée du Championnat olympique », le fait que des officiels britanniques conseillent au grand jour les athlètes alors que les entraîneurs américains se voient refuser l'accès au stade. Le jury d'honneur du B.O.C. balaye ces accusations qu'il estime sans fondement ; la situation s'envenime, le « trophée du Championnat olympique » sera finalement annulé.

Pour re [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « JEUX OLYMPIQUES - Les symboles olympiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-symboles-olympiques/