JÉRUSALEM, LE SACRÉ ET LE POLITIQUE (dir. F. Mardam-Bey et E. Sanbar)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jérusalem, le sacré et le politique (Sindbad-Actes sud, 2000) ne pouvait paraître à un moment plus opportun. En effet, la ville a été au cœur des négociations avortées de Camp David au cours de l'été 2000. En son nom, les manifestants palestiniens ont déclenché une nouvelle intifada à la fin du mois de septembre. Est-ce à dire que la Ville sainte représente un enjeu tellement unique qu'il soit impossible de dégager un compromis raisonnable à la fois entre les trois monothéismes et entre Israéliens et Palestiniens ? Beaucoup l'affirment. Farouk Mardam-Bey et Elias Sanbar, les maîtres d'œuvre de ce recueil rassemblant une dizaine de contributions, s'y refusent, à juste titre. Ils plaident résolument pour une dissociation entre les dimensions politique et religieuse, seul moyen d'aborder la question de Jérusalem sans préjugé et avec un espoir raisonnable de trouver une solution territoriale satisfaisante. Non qu'ils méconnaissent la valeur symbolique de la ville, ils refusent simplement la confusion du spirituel et du temporel qui obscurcit toute tentative de compréhension.

Leur entreprise s'inscrit dans une perspective affichée d'emblée : étayer la revendication palestinienne, et plus généralement arabe, sur la ville, afin de souligner que celle-ci ne saurait être monopolisée politiquement par l'État d'Israël au nom de la prééminence d'un monothéisme. L'intention n'a rien d'illégitime, surtout lorsqu'elle est soutenue par une pléiade d'auteurs dotés d'un grand crédit intellectuel et animés d'une authentique passion de comprendre. Elle n'évite toutefois pas entièrement, par-ci, par-là, certaines interprétations un peu rapides.

La question de Jérusalem est abordée successivement sous trois aspects – sacral, historique et politique – qui rythment l'ensemble de l'ouvrage.

Le caractère sacré de Jérusalem, pour le judaïsme et le christianisme, est bien admis en Occident, il est davantage méconnu pour l'islam. C'est la raison pour laquelle les deux chapitres [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po

Classification

Pour citer l’article

Alain DIECKHOFF, « JÉRUSALEM, LE SACRÉ ET LE POLITIQUE (dir. F. Mardam-Bey et E. Sanbar) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerusalem-le-sacre-et-le-politique/