MISTINGUETT JEANNE BOURGEOIS dite (1875-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Mistinguett

Mistinguett
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Moulin-Rouge

Le Moulin-Rouge
Crédits : Hulton Getty

photographie


Le music-hall français fut dominé dans l'entre-deux-guerres par une vedette masculine : Maurice Chevalier, et par deux interprètes féminines : Joséphine Baker et surtout Mistinguett. La chance de celle-ci fut de pouvoir s'illustrer dans la revue musicale, au moment où cette forme de spectacle, qui convenait exactement à son talent, triomphait sur toutes les grandes scènes parisiennes. Si Mistinguett s'était déjà fait connaître avant-guerre, notamment par le sketch de la « Valse chaloupée » interprété avec Max Dearly au Moulin-Rouge (1909), elle s'imposa dans les revues du Casino de Paris pendant la Première Guerre mondiale (revues « Paris qui danse », « Paris qui jazz », « En douce »). L'entrain dont elle faisait preuve sur scène permettait d'oublier les limites vocales de l'interprète et celles de son répertoire, mi-réaliste, mi-boulevardier. Ses grands succès dans la chanson (Mon homme, 1920 ; En douce, 1922 ; Ça c'est Paris, 1926 ; C'est vrai, 1935) dessinent un portrait stéréotypé de la Parisienne, dont « le nez en trompette », « les jolies gambettes » et « l'air toujours moqueur » rappellent étrangement la « Miss ». « Monument national » de son vivant, reine incontestée du music-hall, Mistinguett ne fut pas remplacée : lorsqu'elle se retira de la scène, en 1951, la revue n'était plus qu'une forme fossile.

Mistinguett

Mistinguett

photographie

Jeanne Bourgeois dite Mistinguett (1875-1956), aux Folies-Bergère, en 1920. Vedette française de music-hall, elle s'imposa, après la Première Guerre mondiale, dans les revues musicales parisiennes. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le Moulin-Rouge

Le Moulin-Rouge

photographie

Le Moulin-Rouge, music-hall parisien, en 1929. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  Jean-Claude KLEIN

Écrit par :

  • : diplômé de l'École pratique des hautes études, chargé de cours à l'U.F.R. de musique et musicologie de l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Jean-Claude KLEIN, « MISTINGUETT JEANNE BOURGEOIS dite (1875-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-mistinguett/