ROSTAND JEAN (1894-1977)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Paris, Jean Rostand vit, dès l'âge de six ans, à Cambo, un village basque ; la nature pyrénéenne déclenche sa vocation de naturaliste ; il reconnaît que s'il avait vécu à Paris « cette vocation, peut-être, n'eût point persisté ». Cette vocation naissante se confirmera lors de la révélation fabrienne (1903) ; la découverte de l'histoire du Scarabée doré l'incite à lire les Souvenirs entomologiques. Une troisième circonstance fortifia la vocation de naturaliste, la préparation de Chantecler par son père Edmond Rostand qui avait réuni une sérieuse documentation scientifique, livres, animaux vivants et empaillés.

Jean Rostand portait l'étiquette d'« homme de lettres », jugée par certains incompatible avec une quelconque activité scientifique. Lui qui ne vivait que pour la science souffrait de cette attitude ; il affirmait : « Je ne suis qu'un naturaliste [...] La biologie est mon seul métier. Je veux rester naturaliste. » Ultérieurement, il reconnaîtra qu'il portait en lui « depuis l'enfance, à l'état latent, inactif, ce virus littéraire qui devait plus tard se manifester sans équivoque ». Il n'est pas douteux que Jean Rostand mérite pleinement la double qualification d'homme de sciences et d'homme de lettres.

Lui-même a précisé le cheminement de sa pensée : « Je dirai que je fus d'abord provoqué par l'observation critique du milieu social ; puis, de la société, je passai à moi-même, puis de moi-même à la science ; puis, de la science, je revins à l'homme. » À chacune de ces phases qui parfois se chevauchent, correspondent des publications variées au travers desquelles transparaît un profil aux multiples facettes montrant la complexité de la personnalité de Jean Rostand.

L'œuvre est considérable ; sa variété pourrait laisser croire que plusieurs voies ont été poursuivies. Il n'en est rien. Jean Rostand précise lui-même le cheminement de sa pensée et la trajectoire de son activité ; quatre phases essentielles se dessinent.

L'observation critique du milieu social. Dès l'âge de quinze ans (1909), son attention fut retenue par le tableau de la comédie humaine au détrimen [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Académie nationale de Metz, directrice honoraire à l'École pratique des hautes études, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  ROSTAND JEAN (1894-1977)  » est également traité dans :

CLONAGE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Paul RENARD
  •  • 5 006 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les grandes étapes du clonage chez les vertébrés »  : […] À la fin du xx e  siècle, l'obtention de Dolly, le premier mammifère cloné, est l'aboutissement de recherches entreprises depuis les années 1930 afin d'obtenir une progéniture copiée à partir d'un seul animal. D'abord menés sur des batraciens, les travaux sur le clonage consistent à introduire l'information génétique d'un noyau dans une cellule re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clonage/#i_80550

Pour citer l’article

Andrée TÉTRY, « ROSTAND JEAN - (1894-1977) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-rostand/