LE GAC JEAN (1936- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès son enfance, à Tamaris, près d'Alès, sa ville natale, Jean Le Gac (né en 1936) — qui a porté jusqu'à sept ans le nom de son grand-père Jean Kyriakos — manifeste un don exceptionnel pour le dessin et la peinture, lui valant admiration et célébrité dans son école. Il obtient un diplôme de professeur de dessin et d'arts plastiques et enseigne à partir de 1958. Or, dans les années 1960, la peinture « craque » de toutes parts sous la mise en question fondamentale dont elle est l'objet. Jean Le Gac n'échappe pas à ce malaise et, en 1967, après quelques expositions, il abandonne l'idée d'être peintre. Il écrit alors vingt-six Cahiers, manuscrits qui seront présentés à la Documenta 5 de Kassel en 1972. En quête du vrai sujet de la peinture il traque, tel un reporter, le personnage qui se cache sous une pléthore de noms, parfois empruntés aux romans populaires (Florent Max, Ange Glacé, Ramon Nozaro, L... du Délassement du peintre) et qui finalement se nommera le Peintre.

La fiction, dans le style des romans d'aventures de Harry Dickson, et la référence autobiographique se mêlent dans des séries d'histoires racontées en images, photographies et dessins au pastel, associées à des textes courts ou longs, juxtaposés ou inclus, descriptifs ou narratifs. Cette œuvre s'apparente, comme le signale Bernard Marcadé, « aux jeux du texte et de l'image inaugurée par Magritte », et n'est pas étrangère au renouvellement littéraire qu'entreprennent parallèlement des auteurs comme Genette, Robbe-Grillet ou Borgès. « Le peintre, c'est moi », affirme Jean Le Gac, qui a mis en jeu son identité au profit de la peinture. Dans la série des Story Art (1986), la fiction s'enrichit d'une référence directe au cinématographe : un projecteur placé devant la toile devenue écran redouble la virtualité des images. Devant d'autres toiles, il place une machine à écrire ou un appareil photo, ou encore un écran de télévision pour introduire une distance supplémentaire entre l'artiste et son modèle : le peintre.

Pour créer ce monde d'images qu'il intègre à la peinture, Le Gac réalise des vidéos : dans son 2 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE GAC JEAN (1936- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 799 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Au-delà des étiquettes »  : […] Mais la grande découverte des années 1970 est que toute photo est surréaliste. Susan Sontag l'a bien montré. La photographie de famille ordinaire, dans sa spontanéité naïve, mais aussi avec ses conventions étroites, non seulement rejoint le « banalisme » d'un Robert Frank, mais dépasse en bizarrerie les recherches les plus élaborées. Ken Graves et Mitchell Paynes en font un choix extraordinaire da […] Lire la suite

Pour citer l’article

Servane ZANOTTI, « LE GAC JEAN (1936- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-le-gac/