MAUREPAS JEAN-FRÉDÉRIC PHÉLYPEAUX comte de (1701-1781)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille d'ancienne noblesse, d'une véritable dynastie de secrétaires d'État, Maurepas succède à son père, secrétaire d'État de la maison du roi, à quatorze ans ; son futur beau-père La Vrillière exerce la charge à sa place ; il reçoit le département de la Marine en 1723. Ministre à vingt-cinq ans, formé au temps de la Régence, il est marqué par cette époque. Doué d'intelligence et d'intuition mais superficiel, il est incapable d'une application sérieuse. Il souhaite servir la science autant que la mettre au service des hommes : écrivain caustique et léger, il a le goût des facéties. Il est l'homme des coteries, des intrigues. S'il sait s'entourer de collaborateurs de talent, il supporte mal leur réussite. L'ambiguïté du personnage apparaît chez le ministre, le courtisan, l'écrivain. À Paris, le ministre favorise l'urbanisme sur les plans de Turgot et de D'Argenson : travaux d'embellissement (quais, fontaines) et d'assainissement (aqueducs, égouts). Dans les services de la Marine, il recrute des astronomes et des géomètres, favorise les voyages au long cours, envoie des savants sous l'équateur et au pôle, fait mesurer l'arc méridien, explorer les côtes, dresser des cartes nouvelles. La liberté de commerce et l'aménagement des ports retiennent son attention. Une épigramme d'une extrême cruauté envers madame de Pompadour provoque sa disgrâce en 1749. Retiré à Pontchartrain, il vit pendant vingt-cinq ans selon ses goûts. Il est rappelé à Versailles par Louis XVI, lors de son avènement en 1774. Il a l'entière confiance du roi et préside le Conseil d'État. Inconsidérément, il oriente le jeune souverain vers le rappel des parlements, mais avec le maintien des édits de discipline, ce qui ne satisfait personne ; jaloux de son ascendant sur le roi, il conseille la disgrâce de Turgot puis celle de Necker en 1781.

Maurepas valait peut-être mieux que sa réputation. Sa collaboration aux ouvrages anonymes et collectifs, vers, contes, chansons, fut importante ; ses Mémoires sont apocryphes (1791-1792) ; ses écrits, sous un ton badin et audacieux, laissent percer un esprit critique et philosophique : Étrennes de la Saint-Jean, Étrennes de la Saint-Martin, Recueil de ces Messieurs.

—  Louis TRENARD

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lille

Classification


Autres références

«  MAUREPAS JEAN-FRÉDÉRIC PHÉLYPEAUX comte de (1701-1781)  » est également traité dans :

LOUIS XVI (1754-1793) roi de France (1774-1792)

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 2 152 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique velléitaire »  : […] Il commence par faire confiance au comte de Maurepas, qui rétablit les Parlements dans les pouvoirs que Louis XV avait limités, ce qui revient à mettre à mal la poursuite de la centralisation absolutiste. Parallèlement, il suit les recommandations du ministre Turgot, qui veut entreprendre une réforme radicale de l'économie et de la société françaises, en pratiquant des réductions d'impôts, une s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xvi/#i_42004

Pour citer l’article

Louis TRENARD, « MAUREPAS JEAN-FRÉDÉRIC PHÉLYPEAUX comte de (1701-1781) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-frederic-maurepas/